Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Info

Revenir à l'accueil

Sous-vêtements techniques Skeed : Interview de Sébastien Jarrot

Info - Publié le mardi 19 juillet 2016 à 18:50 par Ludovic Vidal

Jusqu'ici cantonnée à la compétition avec 1 ou 2 produits au catalogue, la marque Skeed, récemment rachetée, envisage de sortir de l'ombre avec une gamme de produits perfectionnée et élargie. Nous avons demandé à son nouveau PDG ce à quoi il fallait s'attendre.

Logo de SkeedS'ils ont su faire parler d'eux par leur qualités techniques dès leur arrivée sur le marché, les sous-vêtements de la marque Skeed ont ensuite brillé par leur manque d'évolution. Pour preuve : depuis 2010, certains modèles, comme la sous-combinaison Moto Racer que nous avions testée, sont restés les mêmes. Mais Skeed connaît des changements d'envergure, comme nous l'a expliqué Sébastien Jarrot, le nouveau PDG de Skeed International.

Skeed SAS se spécialise dans la moto


L'Équipement.fr : Depuis son rachat, Skeed est-elle totalement séparée de Kermel, son fondateur originel ?
Sébastien Jarrot : Skeed appartenait au groupe Kermel, dont le métier est la conception de fibre et tissus. Le développement d'une gamme spécifique aux motards n'était pas leur point fort, ils préféraient se concentrer sur d'autres produits. Mais c'est bien la fibre mise au point par Kermel que Skeed continuera à utiliser.

Sur quoi va donc porter ce partenariat entre Skeed et Kermel et quels sont vos objectifs commerciaux ?
Sébastien Jarrot, PDG de Skeed International SASSébastien Jarrot : Nous avons racheté la marque Skeed en septembre 2015, avant de signer un partenariat industriel avec Kermel, signifiant que nous aurons un usage exclusif de cette fibre dans l'univers du sport. Kermel poursuivra le développement de cette fibre utilisée — entre autres — par les pompiers et les pilotes de chasse. Nous voulons devenir, d'ici 5 ans, le leader européen des vêtements "première couche" techniques pour les motards.

La marque étant pour le moment peu connue du grand public, cela semble très ambitieux
Sébastien Jarrot : Nous avons déjà testé en Endurance une nouvelle version de la fibre avec le team Viltais Racing ainsi que Cédric Tangre et Julien Da Costa. Plus fine et encore plus protectrice, elle offre également un haut niveau de thermo-régulation. Ce sont des caractéristiques qui intéressent les pistards mais aussi ceux qui utilisent leur moto pour voyager ou au quotidien. Le grand public est un domaine que je connais bien [Sébastien Jarrot a travaillé chez Le Coq Sportif et était directeur international de Lafuma, ndlr].

Quels produits peut-on attendre dans les prochains mois ?
Sébastien Jarrot : La gamme va s'agrandir, avec des ensembles 2 pièces, une gamme sans-couture, des chaussettes, un boxer Homme et même un pantalon type jean qui mêlera Kermel et Armalith 2.0 [voir notre article, ndlr]. Basée à Lyon, notre équipe compte actuellement 7 personnes et va encore s'agrandir. Notre levée de fonds, finalisée en décembre dernier par l'intermédiaire de AB Funding, nous permet de disposer de 335 000 € pour amorcer ce qui sera un renouveau pour Skeed. Les premiers produits seront disponibles pour les motards à partir de septembre 2016.

Molécule mise au point par Kermel pour la fibre utilisée par SkeedPlusieurs lecteurs ont, comme nous, constaté que la sous-combinaison Moto Racer était efficace mais se détendait assez rapidement et s'avérait ensuite relativement "informe", est-ce de l'histoire ancienne ?
Sébastien Jarrot : Contrairement à Kermel dont l’expertise consiste avant tout à mettre au point des fils textiles techniques, chez Skeed SAS, nous accordons une grande importance au confort du motard et à la tenue dans le temps de nos produits. C'est sur ce genre de "détail" que nous comptons faire la différence, avec des produits techniques efficaces maintenant un très bon rapport qualité/prix.

Et c'est également sur ces points que nous serons attentifs quand les produits de la nouvelle ère de Skeed seront disponibles. Homologuée FIM et FFM, contrairement à nombre de doublures en matières synthétiques, la fibre de Kermel évite d'être brûlé lors d'une longue glissade, ce qui peut arriver sur circuit comme sur route. Si la promesse de la thermo-régulation est tenue, les roule-toujours seront alors sans doute aussi intéressés que les chasseurs de chronos. À suivre…

Vos commentaires




Derniers commentaires