Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Info

Revenir à l'accueil

Édito : Des voitures-radar privées… de champ de vision

Info - Publié le mercredi 25 avril 2018 à 14:20 par Ludovic Vidal

Vous pestez contre ces automobilistes qui circulent avec le GPS planté au milieu du pare-brise et vous refusent la priorité car ils n'ont pas pu vous voir  ? Vous allez adorer les voitures-radar des sociétés privées. La stricte application du code de la route pourrait bien leur coûter cher.

Notez que le GPS ventousé juste sous le rétroviseur peut être remplacé par une peluche suspendue au même rétroviseur, quand ce n'est pas un support de téléphone vissé dans l'axe du volant. Or, les premières photos des voitures-radar dont la conduite sera confiée à des sociétés privées ne manquent pas d'interpeller. Si la Sécurité Routière communique abondamment sur les bienfaits de ce transfert de compétence (voir ici), on ne peut que s'interroger à la vue des clichés présentant le poste de conduite, comme illustré dans le paragraphge suivant.

Voitures-radar privées : Une visibilité bien réduite


Vue intérieure du poste de conduite des voitures-radars privées en circulation en Normandie - Crédit : Radars-auto.comSi les 2 caméras frontales, placées dans les angles inférieurs du pare-brise, ne semblent pas représenter une gêne importante, difficile d'en dire autant de l'ensemble formé par l'appareil photo central ainsi que son écran de contrôle. Ce bloc masque complètement l'espace situé entre le tableau de bord et le rétroviseur intérieur, sur une largeur non négligeable. Et c'est encore plus flagrant quand on observe le véhicule de l'extérieur (voir en fin d'article). Or, le code de la route est limpide à ce sujet, notamment l'article R412-6 :
« II.-Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d'exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l'apposition d'objets non transparents sur les vitres. »

Un tel attirail embarqué est doublement interdit


Nous sommes assez curieux d'entendre la Sécurité Routière nous expliquer que le champ de vision n'est pas masqué dans ces voitures-radar. D'autant que le conducteur sera désormais seul alors qu'actuellement, quand les voitures sont confiées aux forces de l'ordre, le passager pouvait éventuellement alerter d'un danger masqué au conducteur. Ce qui soulève un second souci : ledit conducteur pourra-t-il éviter de regarder le large écran en conduisant ? Car, là encore, ce n'est pas pour rien que cette tâche était jusque là dévolue au passager : conduire en regardant un écran est rigoureusement interdit. D'ailleurs, la Sécurité Routière le rappelle sur son site et, là encore, le code de la route (article R412-6-2) est aussi clair que l'amende est salée :
« Le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d’un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d’un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit. »

C'est au niveau des sanctions que cela devient corsé. En cas de conduite avec un objet dans le champ de vision, l'amende est assez légère (35 € et une tape sur les doigts) mais « l'immobilisation du véhicule peut être prescrite dans les conditions prévues aux articles L. 325-1 à L. 325-3. ». Et pour ceux qui conduisent en consultant un écran qui n'est pas une aide à) la conduite, « l'infraction est sanctionnée d’une contravention de 5e classe d’un montant de 1 500 euros au maximum et d’un retrait de 3 points du permis de conduire. L’appareil peut être saisi par les forces de l’ordre et définitivement confisqué après condamnation du contrevenant par le tribunal. »

Les voitures-radar n'étant, par définition, pas aux mains d'agents des forces de l'ordre mais de "simples" employés, la loi sera-t-elle à géométrie variable ? Nous attendons les réponses de la sécurité routière, contactée à ce sujet, ainsi que des avocats spécialisés en droit routier.
Un bonus pour la route ? Une partie du système est placée derrière la plaque d'immatriculation, qui est donc amovible. Or, ça aussi, c'est interdit et ça coûte 135 € par infraction constatée.

Vue intérieure du poste de conduite des voitures-radars privées en circulation en Normandie - Crédit : Radars-auto.com

Source : Legifrance & Legifrance
Crédit photos : Radars-auto

Vos commentaires




Derniers commentaires