Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Info

Revenir à l'accueil

Blousons et pantalons moto : Nouvelle norme en vue

Info - Publié le mardi 18 septembre 2018 à 19:00 par Ludovic Vidal

À l'image des gants et des bottes, la norme de certification des blousons et pantalons pour motard va évoluer. Et c'est tant mieux car l'actuelle était quasiment inutilisée. Bien plus adaptée, que vaut la future EN 17092 dont les 5 niveaux réservent tout de même quelques surprises ?

Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092Prenez votre blouson moto actuel et regardez sur l'étiquette si cette dernière indique une conformité à la norme de certification EN 13595-1, que ce soit au niveau 1 ou 2. Vous ne trouvez rien ? C'est normal, cette norme a pour but de certifier les vêtements de moto à usage professionnel. Très sévère, surtout au niveau 2, elle obligeait les fabricants à produire des blousons ou des vestes dont le confort n'était pas la qualité première (pour être poli). Or, pour être efficace, une norme se doit de correspondre à un usage réel du produit auquel elle s'applique. C'est pour cela que la norme EN 17092 a été pensée. À l'image de ce qui a été mis en place pour les homologations de bottes et de gants, elle intégrera de nouveaux niveaux d'homologation CE, avec l'apparition de niveaux réservés aux équipements urbains. Voici un premier aperçu de cette nouvelle norme et des changements qu'elle va entraîner, pour les fabricants comme pour vous.

EN 17092 : Une norme à 5 niveaux


Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092C'est assurément le point le plus parlant de cette nouvelle norme. Là où la norme actuelle ne comporte que deux niveaux, avec un niveau 2 presque impossible à atteindre, la EN 17092 en comptera 5, de AAA à C. Le premier correspondant à un matériel devant résister à une chute à pleine vitesse sur circuit et le dernier à un équipement utilisé en ville, avec des chutes à faible allure (ce qui est le plus souvent le cas en zone urbaine). Entre les deux, les niveaux AA, A et B devraient permettre à chacun de trouver un produit offrant un bon équilibre entre le besoin de protection et le niveau de souplesse ou confort attendu, selon l'usage désiré. Les différences se feront au niveau des temps de résistance à l'abrasion, à la déchirure comme à la qualité des coutures ou à la présence de coques. Même si, sur ce dernier point, on peut être étonnés par chertains choix.

Des zones mieux définies


Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092Enfonçons une porte ouverte : plus une zone est susceptible d'être en contact avec le sol lors d'une chute, plus elle doit être solide. Cela n'était pourtant pas évident avec la norme actuelle (EN 13595). Avec la nouvelle norme (EN 17092), les articulations sont forcément classées en Zone 1, devant être la plus résistante (voir l'llustration ci-contre). En zone 2, on trouve l'extérieur des jambes, hanches et bras ainsi que tout le dos et les fesses. La zone 3, moins sensible à l'abrasion correspond à l'avant du buste et à l'arrière des jambes comme on peut le voir sur cette image. Cette nouvelle répartition des zones va dans le bon sens puisqu'il est peu utile (et fort inconfortable) de surprotéger une zone de flexion comme le creux du coude ou du genou qui ne fottera jamais contre le sol.

Une résistance à l'abrasion mieux pensée


Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092Pour les tests de résistance à l'abrasion, le protocole évolue. Si c'est toujours du papier de verre qui sera utilisé pour user les matières jusqu'à la perforation, on passe d'un grain de 60 à un grain de 120. Plus fin, celui-ci permet d'augmenter le temps nécessaire à l'usure. Le but est le même que lorsque la norme avait évolué pour les gants (voir notre article). Et comme nous l'avait à l'époque expliqué le responsable du CRITT : « l'intérêt de ce temps d'abrasion plus élevé est de limiter l'impact de la valeur d'incertitude sur les essais et offre des résultats plus homogènes ainsi que des tests reproductibles et répétables. Condition sine qua non pour pouvoir comparer plusieurs produits entre eux. » De fait, on pourra s'assurer qu'au niveau AAA (le plus élevé), les zones les plus exposées résisteront au moins durant 4 secondes, ce qui correspond à une chute à 120 km/h. Au niveau AA, la même zone 1 devra supporter 2 secondes de frottement constant (soit une glissade à 75 km/h).
À noter que les zones en question seront testées sans les coques. C'est donc bien la qualité du textile (ou du cuir) qui sera mise à l'épreuve, ainsi que celles des coutures, qui devront elles aussi évoluer puisqu'il sera désormais interdit de recourir à des simples coutures avec un fil sur la face externe. Là encore, l'objectif est de mieux résister aux frottements.

Les zones ventilées soumises au même traitement


Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092En cas de zones en Mesh (ou autre) destinées à offrir une ventilation, elles devront elles aussi résister à l'abrasion et à la déchirure même si seuls les niveaux AAA, AA et A sont ici concernés et si elles sont présentes en zone 2. Typiquement, cela correspond aux aérations qu'on trouve dans le dos ou sur les cuisses, l'avant du buste étant en zone 3. Les vêtements de niveau B et C (dit "urbain") ne doivent pas répondre à cette exigence, les vitesses étant jugées trop faibles pour être significatives. Ces deux niveaux sont d'ailleurs dispensés de plusieurs éléments, au point qu'on pourrait presque se demander s'ils doivent être pensés pour une utilisation sur une moto ou un scooter.

Des niveaux B et C où tout est optionnel…

Voici quelles coques sont obligatoires selon le niveau de certification.

  • AAA blouson : épaules et coudes
  • AAA pantalon : genoux ou genoux/tibias, hanches
  • AA blouson : épaules et coudes
  • AA pantalon : genoux ou genoux/tibias, hanches
  • A blouson : épaules et coudes
  • A pantalon : genoux ou genoux/tibias
  • B blouson : rien
  • B pantalon : rien
  • C blouson : rien
  • C pantalon : rien


Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092On a donc deux niveaux pour lesquels il ne sera pas obligatoire de proposer des coques de genoux, coudes ou épaules. Ce qui semble quelque peu incongru pour des équipements moto. Certes, la majorité des fabricants livreront ces protections mais il y a un risque : celui que certains achètent un blouson certifié en pensant être protégé (puisque le blouson arbore son étiquette de certification) alors qu'il n'y a aucune coque. Il conviendra d'être très attentif en achetant un blouson ou pantalon présenté comme "homologué au niveau urbain" car rien ne dira que les coques seront livrées de série. Or, à moins de particulièrement bien viser, difficile d'être certain, lors d'un accident, qu'on arrivera à ne pas heurter quoi que ce soit avec les articulations. Et c'est d'autant plus étonnant quand on sait que la norme EN 17092 privilégie ces zones pour une haute résistance à l'abrasion… De la même manière, certains seront surpris par la dorsale optionnelle sur les blousons AAA. Mais il est vrai que ceux qui utilisent de tels blousons ont très souvent déjà une dorsale à bretelles.

Une norme avant l'obligation ?


Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092Certains s'inquiéteront d'une éventuelle obligation de port d'un équipement normé une fois la norme en vigueur. Cela ne pourra jamais être écarté mais il serait étonnant qu'une telle obligation soit de mise avant de (très) nombreuses années. Dans les faits, une obligation de port d'équipement ne survient que lorsque la (grande) majorité des utilisateurs porte déjà ledit équipement, comme cela fut le cas pour les gants. Regardez combien de motards ont dit lors de cette obligation que cela ne servait à rien puisque tout le monde les portait déjà. On rappellera que chez nos voisins belges, il est interdit de rouler sans avoir la peau intégralement couverte, même si c'est avec des vêtements qui ne résistent pas à l'abrasion ou fondent sur la peau en cas de glissade. La norme EN 17092 permettra de s'assurer qu'on dispose d'un équipement adapté.

La norme EN 17092 est quasiment finalisée, sa publication étant prévue pour juillet 2019. Lorsque ce sera le cas, nous mettrons à jour notre dossier sur les homologations, que vous pouvez retrouver sur cette page. D'ici là, de plus en plus de fabricants communiqueront sur la conformité de leurs nouvelles collections. Le très bon côté de cette norme et de ses nombreux niveaux est qu'il sera facile avant un achat de savoir si le modèle correspond à l'utilisation qui est visée. Un blouson routier en cuir n'a pas forcément besoin de répondre au niveau AAA, même si "qui peut le plus peut le moins". Cela permettra d'acquérir un blouson plus souple et moins onéreux sans être moins bien protégé. La prudence sera en revanche de mise pour les équipements répondant aux niveaux B et C. Cela risque de représenter une grande quantité de blousons, vestes et pantalons d'entrée de gamme. Ils seront certifiés et on aura l'assurance que leur résistance face au bitume aura été validée. Il faudra simplement vérifier que les coques ne sont pas une coûteuse option. Mais on peut lui reconnaître un avantage, celui d'y voir un peu plus clair dans les capacités de protection des blousons et pantalons se disant "moto".

Certification et homologation des blousons et pantalons moto : Norme EN 17092, les 5 niveaux

Vos commentaires




Derniers commentaires