Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Info

Revenir à l'accueil

Airbags et normes : La technique et les limites

Info - Publié le mercredi 25 janvier 2012 à 17:17 par Ludovic Vidal

En attendant la norme EN 1621-4, comment sont testés les gilets et blousons airbag qui veulent prétendre à la certification CE ? Nous avons contacté le CRITT, un laboratoire certifié, pour en apprendre plus sur les méthodes employées, et les limites de la norme à venir.

Gilet airbag moto et scooter Hit-Air MLV-R et MLV-YNous avons vu que la forme définitive de la norme EN 1621-4 n'est pas encore arrêtée. En attendant que les fabricants soient tenus de se conformer aux valeurs et protocoles de cette norme, ils doivent passer par des laboratoires pour obtenir leurs certificats de conformité à la directive européenne 89/686/CEE. En France, il y a plusieurs organismes certifiés, dont le pôle Sport et Loisirs du CRITT, que nous avons contacté. Chaque laboratoire notifié utilise ses critères. Au CRITT, il faut par exemple que le gilet (ou blouson) soit gonflé en moins de 200 ms. Mais de quel temps parle-t-on ?

Airbag : De multiples critères

Le gonflage d'un airbag se déroule en trois temps :

  • Le temps de détection, comme son nom l'indique, correspond à la durée mise par le système pour se rendre compte que l'on est en situation d'accident et qu'il faut agir. (non mesurable sur un système à câble)
  • Le temps de déclenchement, qui est le temps mis par le système à activer le gonflage.
  • Le temps de gonflage proprement dit, dont le nom est explicite.


L'intégralité de ces trois temps correspond à ce qu'on peut appeler le "temps de mise à disposition" de la protection. Pour Alexandre Adalbert, du CRITT, le temps de gonflage ne peut être déterminé que par rapport une pression suffisante dans le gilet pour amortir convenablement les chocs : « un gonflage estimé visuellement ne veut rien dire. Il est nécessaire d'avoir une pression au moins égale à 300 mbar (millibars). Pour nos mesures, nous plaçons la sonde à l'opposé de l'arrivée d'air par la bombonne de gaz. » De même, un airbag ne doit pas trop se gonfler, car avec une pression très importante, il ne jouerait plus son rôle d'amortisseur.

Important ! Sur un système d'airbag mécanique (à câble), le temps de détection n'est pas mesurable, car il est fonction de trop de paramètres. Pour le réduire au maximum, le câble doit se tendre rapidement en cas d'impact. Exit donc les attaches au guidon ou à la poignée passager. Il faut plutôt privilégier une accroche sous la selle avec une longueur juste suffisante pour que le câble soit quasiment tendu quand on est debout sur les reposes-pieds (ou le tablier).

Gilet airbag moto et scooter sans fil BeringLorsque le temps total dépasse les 200 ms, le gilet n'est pas certifié par le CRITT et le fabricant doit alors revoir sa copie pour trouver comment optimiser son équipement. D'après le CRITT, le temps idéal serait de 100 ms mais cette valeur semble difficile à atteindre avec un gilet à câble. Le gilet sans fil de Bering, certifié par les tests du CRITT, est en dessous, avec 80 ms, temps de détection compris. Ce qui donne une idée des performances de l'ensemble.

Des critères d'absorption trop sévères ?

Le brouillon de la norme EN 1621-4 précise que l'airbag sera testé de la même manière que les dorsales, mais ne devra pas laisser passer plus de 4,5 kN de force résiduelle moyenne avec un pic à 6 kN au niveau 1 et seulement 2,5 kN de moyenne avec un pic à 3 kN au niveau 2. Soit des valeurs deux à trois fois plus restrictives que pour les dorsales. Or, d'après Alexandre Adalbert, cette méthodologie rend la norme totalement inapplicable. En effet, les tests pour les dorsales prennent en compte un impact ponctuel (une surface très réduite). Et sur un airbag, un choc ponctuel ne peut pas être amorti. Pour vous en convaincre, imaginez que vous appuyez avec votre pied sur un matelas gonflable. Vous devriez pouvoir toucher le sol assez facilement. En revanche, en vous y jetant à plat, le choc sera totalement amorti. C'est le principe du choc surfacique, qui serait à privilégier pour les airbags, car plus représentatif de leur mode de fonctionnement.
Gilet airbag moto et scooter Spidi Neck DPS VestD'ailleurs, les gilets et blousons airbags sont souvent accompagnés d'une dorsale intégrée, afin de parer à toutes les situations.

On le voit, il reste du travail pour aboutir à une norme EN 1621-4 complète et cohérente. D'ici là, il faudra donc prendre garde, lors de l'achat d'un gilet airbag, à bien vérifier selon quels critères il a été certifié. Pour cela, nous préparons un tableau récapitulatif concernant les différents airbags présentés et testés par la Rédaction.

Vos commentaires




Derniers commentaires