Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Info

Revenir à l'accueil

Casque Skully AR-1 : On l'a testé

Info - Publié le mercredi 1 octobre 2014 à 23:45 par Ludovic Vidal

Le Skully AR-1, premier casque de moto embarquant le nécessaire à une vision tête haute assez complète, arrivera chez les clients en mai 2015. Nous avons pu nous faire une idée assez précise de ses prestations lors du salon de Cologne sur un rapide essai.

Mise à jour du 28 juillet 2016 : Skully ferme ses portes et ne livrera aucun casque. Voir ici nos explications détaillées sur cette mise en faillite.

Casque moto et scooter à vision tête haute Skully AR-1La société américaine Skully, à la foudroyante capacité de levage de fonds via le financement participatif, était présente sur un stand du salon de Cologne pour faire découvrir son projet aux européens qui ne le connaitraient pas encore. Le casque AR-1 est encore à l'état de prototype mais plus de 1 700 motards ont déjà signé le bon de commande. Nous avons pu le tester rapidement afin de nous faire une première idée.

Casque Skully AR-1 : Une aide à la conduite ?


Casque moto et scooter à vision tête haute Skully AR-1 : Prisme d'affichageD'emblée, le casque impressionne par son gabarit. L'imposant aileron ajouté par Skully à une base déjà volumineuse (nous y reviendrons) fait du AR-1 un intégral king-size. Le responsable de Skully Systems a beau nous assurer que cet aileron, destiné à abriter toute l'électronique, participe à l'équilibre du casque quand on roule, cela reste intrigant. Une fois le casque enfilé, le prisme ne semble plus être aussi gênant qu'on aurait pu le penser initialement. Sa taille reste raisonnable et malgré sa proximité, on en vient rapidement à l'oublier dans le champ de vision. Assis sur une moto actionnée par vérins et devant un simulateur vidéo, nous pouvons alors partir pour quelques kilomètres virtuels afin de tester la pertinence − sinon l'efficacité − du système.
Skully Systems a refusé que nous placions une caméra dans le casque au prétexte que « l'œil et la caméra ne fonctionnent pas de la même manière et l'image restituée par une caméra ne permettra pas, sur ce produit non final, de se rendre compte de la réalité ». La raison peut surprendre mais testons quand même.

Casque moto et scooter à vision tête haute Skully AR-1 : Prisme d'affichageLes indications données par le système par l'intermédiaire de l'afficheur déporté sont plutôt claires. Bon point pour ceux de nos lecteurs qui craignaient que cela ne perturbe la conduite : si on n'y prête pas attention, l'image affichée ne s'invite pas dans le champ de vision. Il faut réellement jeter un coup d'œil pour profiter du GPS, de la vitesse ou de la caméra faisant office de super-rétroviseur. Et c'est là la bonne surprise : il s'agit réellement d'un coup d'œil, même très rapide. Nul besoin de faire le point : l'image est affichée floue sur le prisme et, en regardant "à travers", les caractères apparaissent de manière nette. On peut donc, sans s'attarder, vérifier une information, comme la direction à prendre ou la présence d'un véhicule juste derrière soi, finalement au moins aussi facilement qu'avec les rétroviseurs conventionnels.
À la question : « vérifier sa vitesse, le régime moteur ou le GPS dans son casque est-il plus simple et rapide que sur le compteur ? », la réponse est oui. On quitte clairement moins longtemps la route des yeux et le rendu visuel est tout à fait correct. Sur ces points, le Skully AR-1 est pour le moment une bonne surprise.

Confirmation de la provenance de la coque


Casque moto et scooter à vision tête haute Skully AR-1En revanche, il reste quelques points d'achoppement. En premier lieu, le poids. Le AR-1 pèse sur le cou. Skully a beau répéter que ce poids s'efface en roulant du fait de son aérodynamique, en ville ou au feu rouge, les 1 800 grammes seront difficiles à oublier. Mais difficile de faire autrement en ajoutant autant d'électronique dans un casque à coque injectée. Et c'est justement ce second point qui nous chagrine. Interrogé au sujet de la provenance du casque de base, Skully indique qu'il s'agit d'un casque répondant aux normes européenne et américaine mais refuse de préciser la marque d'origine. Or, le mécanisme d'écran visible sur cette photo est explicite : LS2, qui fournit à ce jour de nombreux autres fabricants profitant de sa "banque d'organes" pour produire des casques.
On se doute bien que, malgré les 2 millions de dollars déjà récoltés, Skully ne pourrait pas financer le développement d'une calotte spécifique. Mais pourquoi cacher ainsi le fournisseur ? Les tarifs agressifs pratiqués par LS2 seraient-ils, commercialement parlant, peu compatibles avec le prix public du Skully, annoncé à environ 1 600 € ?

Ce manque de transparence nous semble d'autant plus regrettable que le concept est réellement intéressant et ce premier aperçu plutôt prometteur. D'ici quelques années, on se demandera s'il vaut mieux une vision tête haute déportée comme sur ce Skully et le Fusar ou une intégration dans le champ de vision naturel comme chez Elarie. La première question, pour sa part, risque fort de ne pas être « la vision tête haute va-t-elle arriver dans nos casques ? », mais « quand le fera-t-elle ? ».
Restera alors à chacun le choix de statuer sur son éventuelle utilité au quotidien.

Mise à jour du 28 juillet 2016 : Skully ferme ses portes et ne livrera aucun casque. Voir ici nos explications détaillées sur cette mise en faillite.

Vos commentaires




Derniers commentaires