Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Peut-on, pour 5 euros, retrouver un casque sain sans le passer sous les grandes eaux et galérer pour remonter les mousses ? Nous avons testé le service CleanCasc avec un casque qui en avait grand besoin. Verdict ? Tout s'est passé comme prévu, pour le bon et le moins bon.

Service de nettoyage à l'ozone des mousses de casque moto et scooter CleanCascPour vérifier la promesse de CleanCasc, nous nous sommes rendus chez Team Axe Grande Armée à Paris, l'une des deux enseignes disposant actuellement de l'appareil. Comme nous n'aimons pas faire les choses à moitié, nous nous sommes munis d'un casque utilisé quasi-quotidiennement depuis plus de 4 ans et dont les mousses n'avaient connu jusqu'ici qu'un unique nettoyage en machine, au résultat assez peu probant. Il va donc sans dire qu'il s'en dégageait une odeur assez marquée et que son propriétaire était soumis à des démangeaisons de plus en plus présentes.

CleanCasc : Rapide mais une odeur d'ozone assez présente

Un casque après son passage dans CleanCasc : Sain mais pas visuellement propreL'engin trône sur un meuble face à la caisse, et fonctionne à l'aide d'un jeton vendu 5 €. Pas d'inquiétude toutefois, un vendeur s'occupe en réalité de toutes les manipulations, qui semblent au demeurant des plus simples : il n'est pas nécessaire de démonter l'écran ni aucun autre accessoire présent sur le casque, et le processus est en réalité totalement automatisé. Quelques minutes après l'enfournement, une sonnerie de micro-onde retentit : c'est cuit prêt !
En récupérant le casque, nous sommes immédiatement saisis par la très forte odeur d'ozone (comme à la piscine) qui émane de ce dernier. Le vendeur nous rassure : elle se dissipera en quelques minutes de roulage avec l'écran ouvert. Conformément à ce qui était annoncé, on note également que le casque n'a pas été "nettoyé" au sens strict : visuellement, les mousses paraissent toujours aussi sales, comme on peut le voir sur cette photo, prise après le passage dans CleanCasc et à comparer à un casque identique neuf.
Il reste donc à l'enfiler pour juger des mérites de cette purification. Après tout de même quelques dizaines de kilomètres qui ont été nécessaires pour que l'odeur d'ozone finisse de complètement disparaître (attention donc si vous y êtes très sensibles), force est de constater que le casque ne sent plus mauvais et démange nettement moins.

CleanCasc n'accomplit donc pas de miracle mais remplit honnêtement sa mission, pour un coût assez modeste. Les plus maniaques lui préféreront toujours un démontage des mousses pour les laver consciencieusement au savon afin de leur rendre un aspect plus ragoûtant. Mais à l'usage, l'efficacité est sensiblement identique.

Essai publié le mercredi 11 novembre 2015 par Cyril A.

Les plus

Coût raisonnable
Rapidité

Les moins

Odeur d'ozone durablement présente

Vos commentaires