Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Accessoire entretien Nano Eco Kit protection

Présentation

Vous aimez garder votre moto propre mais pestez devant le temps nécessaire à la laver. Et si la saleté ne pouvait pas s'y accrocher ? Grâce à la nanotechnologie, la solution existe dorénavant pour les motos et les casques. Le rêve des maniaques et des fainéants ?

Kit de protection Nano Eco Full Moto : Déperlant et anti-salissureEn 2014, nous vous avions parlé d'un produit qui, s'il était clairement inadapté à une utilisation sur une moto et — surtout — sur le casque, représentait une nouvelle étape dans le nettoyage moto. Ou plutôt dans la prévention du nettoyage. Car le plus simple,  au lieu de laver régulièrement sa moto, reste de pouvoir espacer les séances de lavage sans pour autant rouler sur une moto recouverte d'une couche de crasse. Lancée il y a un an, la société Nano Eco pourrait bien avoir la solution à un tarif raisonnable.

Kit Nano Eco Full Moto : Efficace de 1 à 3 ans

Kit de protection Nano Eco Full Moto : Déperlant et anti-salissureL'idée est tellement simple que, comme pour l'Ultra Ever Dry déjà présenté, on se demande pourquoi ce n'est pas arrivé plus tôt sur le marché : proposer un produit qui s'applique sur les carénages, telle une seconde peau invisible sur laquelle la poussière, les salissures et autres insectes ne peuvent adhérer. Un coup d'éponge suffirait alors à redonner à sa monture la brillance du neuf. Et c'est précisément ce que permet le kit de protection Full Moto de Nano Eco. Celui-ci se présente sous la forme de deux sprays. Le pré-nettoyant permet, après un premier lavage, de s'assurer que la surface à traiter (carénage, bras oscillant, jante, etc) est réellement débarrassée de toute impureté. Ensuite, le produit protecteur, appliqué avec un chiffon, offre plusieurs mois de protection. Le goudron, les poussières de frein ou les projections en provenance de la route restent en surface, incapables d'adhérer à la couche protectrice grâce à la super hydrophobie (également nommée "effet lotus"). D'après son distributeur, rouler sous la pluie permet même de nettoyer la moto puisque l'eau chasse alors 70 % de la salissure restée "en surface", un rapide passage d'un chiffon micro-fibre permettant d'éliminer le reste.

Une action déperlante pour les casques et écrans

Kit de protection Nano Eco Full Moto : Déperlant et anti-salissureS'il évite aux salissures de s'accrocher sur les zones métalliques et les plastiques de la moto, le kit de protection de Nano Eco agit de la même manière avec l'eau. Du coup, il serait donc possible de l'utiliser sur les écrans pour forcer les goutelettes à glisser et rapidement s'évacuer. Celles et ceux qui doivent rouler régulièrement sous le mauvais temps savent à quel point un écran ainsi traité peut changer le quotidien. Là encore, en traitant l'ensemble du casque, un simple coup d'éponge ou de chiffon suffirait à ôter les quelques éléments ayant réussi à se déposer sur le film de protection. Avis à ceux qui reviennent souvent des sorties estivales avec plusieurs dizaines d'insectes collés sur le casque ou l'écran. S'il est possible d'apposer ce produit sur l'écran, c'est que, contrairement à l'Ultra Ever Dry mentionné plus haut, il est totalement incolore. Ce qui présente également l'avantage de ne pas modifier la teinte de votre moto si vous la traitez entièrement.
Enfin, un mot sur l'inocuité annoncée du produit. Fabriqué en Allemagne, il est à base de dioxyde de silicium. Celui-ci est à ce jour considéré comme amorphe et donc sans danger. Ce qui n'est pas le cas du dioxyde de titane présent dans les équivalents chinois qui, lui, est conçu pour pénétrer la matière et traverse donc la peau.

Disponible sous la forme de sprays de différentes tailles, le kit Nano Eco Full Moto permet, avec 50 mL, de traiter 10 m². Soit l'équivalent de 2 à 3 roadsters ou une GT de type Goldwing avec son kit bagagerie, pour une durée allant de 1 à 3 ans. Comptez 26,90 € pour le kit. Les accros à la propreté y verront une grosse économie de temps (et d'argent) pour que leur moto conserve l'éclat du neuf quand les moins exigeants se mettront sans doute à nettoyer leur machine si un simple coup de chiffon suffit.
Faisant partie de la seconde catégorie, le test sera décisif.

Présentation publiée le lundi 16 mai 2016 par Ludovic Vidal
Dernière modification le mardi 17 mai 2016

Vos commentaires