Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Alpinestars Radon Air

Présentation

Les blousons ventilés ont le vent en proue ! Alpinestars s'en est aperçu et propose plusieurs modèles dans cette catégorie, dont le Radon Air, un vêtement conforme aux standards du genre, mais au prix élevé.

Blouson ventilé Alpinestars Radon AirAlpinestars y va de sa version du blouson ventilé sauce 2011 avec le Radon Air. Disponible en plusieurs coloris (voir photos), ce blouson estival se voit partiellement couvert de textile mesh destiné à laisser passer une partie du flux d'air à l'intérieur. La partie basse du buste et l'intérieur des bras ressentiront pour l'essentiel ses effets, tandis que le grand panneau dans le dos devrait permettre à l'air réchauffé de s'échapper.

Blouson Alpinestars Radon Air : Un ventilé pas donné

Le reste du blouson est quant à lui conçu dans un polyester 450 deniers qui offrira plus de résistance à l'abrasion. Les zones les plus exposées en cas de chute (coudes, épaules) en sont d'ailleurs couvertes. Toujours dans ce cas, les coques CE Bio Armor disposées aux coudes et aux épaules limiteront les dégât d'un choc. En revanche, le dos ne reçoit pas de dorsale homologuée, mais un insert PE perforé sans doute plus confortable sur le plan thermique, mais au prix d'une moindre sécurité. Bien entendu, un élément homologué est disponible en option, de même que la protection Tech Chest Guard, que le Radon Air s'avère prédisposé à recevoir.
Ceux qui sont propriétaires d'un pantalon Alpinestars pourront le raccorder à ce blouson par l'entremise d'un zip disposé à la taille.
Le sujet qui fâche reste le prix de vente : fixé à 169,95 €, il s'avère sensiblement plus cher que ses concurrents tout en omettant une partie des protection et en n'embarquant aucune membrane anti-pluie amovible. Espérons que la finition du blouson Radon Air d'Alpinestars s'avère suffisamment haut de gamme pour rattraper le coup.
Il est disponible du S au 4XL.

Présentation publiée le mardi 21 juin 2011 par Art Spielman

Vos commentaires