Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Mac Adam Austral

Présentation

La veste homme Austral de Mac Adam semble équipée de tout le nécessaire pour traverser l'hiver sans encombre. Mais cette nouveauté issue du catalogue 2010 se distingue avant tout du reste de la production par sa grande capacité d'emport.

Veste Austral de Mac AdamFabriquée en polyester enduit et traité déperlant, doublée d'un insert Mac Dry Liner étanche et respirant et fermée par un zip marine couvert d'un rabat, la veste Austral de Mac Adam s'annonce comme une sérieuse concurrente sur le marché des vestes hiver étanches. Pour éviter les infiltrations d'air glacé, cette veste homme est par ailleurs équipée de serrages au niveau des bras, des poignets et du col. Un autre autour de la taille permettra d'ajuster l'Austral afin d'éviter toute prise au vent. La doublure thermique s'avère amovible pour un usage à l'inter-saison. Des coques homologuées CE sont disposées aux épaules et aux coudes ; on regrette cependant l'absence de protection homologuée dans le dos, même si une poche est prévue pour en mettre une en place. Des inserts réfléchissants assureront une meilleure visibilité nocture.

Une veste pour se passer d'un petit sac à dos ?

Mac Adam propose une solution intéressante à ceux qui cherchent une veste offrant une capacité de "chargement" supérieure à la moyenne : outre les deux poches extérieures standard à rabats, une paire de grandes poches fermées par de longs zips étanches prend en effet place sur la poitrine. La première, garnie de rangements, permet d'ordonner ses effets personnels (téléphone, cartes diverses, ticket de péage, etc.) tandis que la seconde pourrait, aux dires du fabricant français, emporter une paire de gants hiver...
Disponible du M au 4XL, la veste Austral de Mac Adam est vendue 175 € (prix de lancement). Et si vous attendiez plutôt un blouson avec un telle capacité de rangement, Mac Adam propose aussi le Army.

Présentation publiée le vendredi 06 novembre 2009 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires