Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Mac Adam F22

Présentation

Cherchant à s'identifier à un avion de chasse par certains codes esthétiques et par son nom, le blouson été textile Mac Adam F22 mise pourtant moins sur une improbable furtivité que sur son système de ventilation.

Blouson moto et scooter ventilé Mac Adam F22Mac Adam cherche l'inspiration dans l'aéronautique avec le F22, un blouson moto qui puise certains détails esthétiques ainsi que son pseudonyme dans l'univers des avions de chasse, le F-22 étant un jet de l'armée américaine. Reconnaissons qu'il sort du lot visuellement, d'autant plus pour un blouson ventilé. Car c'est le principal intérêt du Mac Adam F22 : il intègre des zones de textile mesh sur la poitrine et dans le dos pour favoriser la circulation de l'air autour du buste, et devrait ainsi se faire apprécier à la belle saison.

Blouson ventilé Mac Adam F22 : Air force

La doublure fixe interne du Mac Adam F-22 s'avère elle aussi ventilée pour ne pas freiner le flux d'air. En revanche, pas de trace d'une membrane imperméable amovible, comme sur certains concurrents : en cas d'averse, il vaudra mieux faire une pause à l'abri pour éviter le coup de froid, dommage ! Sans être classé comme EPI contrairement au blouson Furygan Sidney Vented 2 en 1 (mais pour un tarif bien moindre), il embarque son lot de coques CE 1621-1 aux épaules et aux coudes, et même une dorsale CE 1621-2, toutes de niveau 1 et en provenance de chez Knox. Une dotation correcte pour le segment.
Quelques poches (dont une grande dans le bas du dos), un système de réglage à la taille et des pipings réfléchissants sur les manches constituent ses derniers arguments.

Disponible en blanc ou en noir, du S au 3XL, le blouson ventilé Mac Adam F22 est proposé au tarif de 109 € (prix de lancement). En revanche, ne testez pas votre capacité à être, comme l'avion du même nom, indétectable au radar, le résultat n'est pas garanti.

Présentation publiée le vendredi 08 juin 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires