Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Segura Lady Dragonne

Présentation

Pas aussi sportif qu’il n’y parait au premier coup d’œil, le blouson cuir pour femme Lady Dragonne de Segura devrait se faire apprécier au quotidien. Sous réserve bien sûr que la météo veuille se prêter au jeu.

Blouson cuir femme Segura Lady DragonneRangé parmi les cuirs racing de la marque française, le blouson Lady Dragonne estompe son tempérament sportif sous la sobriété de son coloris et les concessions faites au confort de la motarde. En effet, loin des standards purement sportifs, le Lady Dragonne tendrait plutôt vers le compromis entre esprit piste et quotidien.

Blouson Segura Lady Dragonne : Du tout bon sous le soleil ?

Ainsi, sa doublure thermique amovible en Softshell devrait se faire apprécier en hiver, aussi bien sans doute que les zips de ventilation aux épaules en été (deux à l’avant, deux petits à l’arrière). Le fabricant a par ailleurs opté pour un textile mesh 3D Heathcoat Fabrics pour sa doublure fixe en vue d’optimiser la circulation de l’air à l’intérieur du blouson. Dommage pour un vêtement orienté confort que la protection contre la pluie soit laissée de côté, puisque son confrère pour homme le blouson Segura Powell cumule bien cuir et imperméabilité.
On appréciera en revanche la présence d’une coque dorsale Knox homologuée EN 1621-2, qui complètera à merveille la protection apportée par les coques aux épaules et aux coudes, elles aussi homologuées. Celles des coudes s’avèrent réglables en hauteur pour s’adapter aux diverses longueurs de bras.
Des empiècements stretch sous les bras et aux poignets, assistés de soufflets d’aisance derrière les coudes et les épaules, devraient rendre les mouvements plus naturels.
Fabriqué du XS au XXL (soit des tailles 0 à 5), le blouson cuir femme Lady Dragonne de Segura est proposé au tarif de 399 €. Espérons que la finition soit à la hauteur de ce prix pas vraiment symbolique.

Présentation publiée le vendredi 04 février 2011 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires