Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Segura Matt

Présentation

Si vous trouvez la coupe des blousons de cuir généralement trop sportive, regardez du côté de chez Segura. La marque propose en 2011 un vêtement sobre rajeunissant sa gamme Classic, le Matt.

Blouson cuir Segura MattLa gamme Classic de Segura veut réunir les produits les plus “chics et sobres” proposés par la marque française. Elle compte cette année un nouveau venu, un blouson baptisé Matt. Intégralement conçu en cuir mat noir (d’où son nom ?), il affiche en effet des lignes simples, que nous vous invitons à apprécier par vous même dans notre galerie. Le top question finition aurait été de placer un seul panneau de cuir dans le dos, ce qui aurait évité une couture verticale. Un choix qui engendrerait sans doute trop de chutes du précieux cuir.

Blouson Matt : Le moins sportif des cuirs Segura ?

Pour pouvoir profiter de ses services à la mi-saison, voire en hiver, le Segura Matt est livré avec une doublure en Softshell à porter pour améliorer les capacités isolantes du blouson. En son absence, le contact avec le corps est assuré par une doublure fixe filet. Des empiècements de textile stretch positionnés sous les bras devraient améliorer la souplesse des mouvements.
Ceux qui optent pour les blousons de cuir en gardant à l’esprit qu’ils assurent plus de protection qu’un textile ne seront pas en reste à ce chapitre avec le Matt : des coques homologuées prennent en effet place aux épaules ainsi qu’aux coudes, auxquelles s’ajoute une dorsale CE. Une dotation qu’on ne retrouve malheureusement pas chez tous les fabricants.
La marque française spécialisée dans le cuir a également prévu de quoi raccorder le blouson Matt à un pantalon complémentaire de sa gamme (par exemple le Wing) : un zip et des passants spécifiques sont donc cousus autour de la taille à cette fin.
Disponible du S au 3XL, le blouson cuir Matt de Segura est proposé au tarif de 369 €.

Présentation publiée le mercredi 15 juin 2011 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires