Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Segura S Race 4

Présentation

Nouveau haut de gamme sportif de Segura, le blouson S Race 4 s'inspire en droite ligne de la combinaison piste du même nom. Mais ce cuir aux accents racing s'autorise malgré tout quelques concessions pour adoucir le quotidien, et l'addition.

Blouson moto cuir racing Segura S Race 4Bosse aérodynamique, coques injectées avec inserts métalliques aux épaules et aux coudes, bras pré-courbés : le blouson Segura S Race 4 donne d'emblée le ton, il fleure bon le paddock. Il s'avère d'ailleurs largement inspiré de la combinaison piste S Race 4, dont il reprend une bonne partie des caractéristiques. Malgré tout, Segura a étudié son blouson pour qu'il soit plus adapté au quotidien, c'est à dire plus chaud et plus pratique, mais pas forcément plus souple puisque le cuir de kangourou disparaît de sa fiche technique, probablement dans une perspective de maîtrise du budget.

Blouson Segura S Race 4 : Sportif adouci

Blouson moto cuir racing Segura S Race 4Le blouson intègre donc une doublure gilet isolante en Sofshell qui devrait aider à affronter les températures basses, même si elle ne transforme pas le S Race 4 en vêtement de tourisme, puisqu'il affiche des perforations de ventilation et une coupe sportive courte. Deux poches extérieures font également leur apparition, tandis qu'un zip de connexion avec le pantalon assorti est prévu à la taille, ainsi que diverses pattes de serrage.
Côté fabrication,  il opte donc à 100 % pour du cuir bovin (finition mate). L'emploi de cuir est associé à une série de coques En 1621-1 aux épaules et au coudes, mais aussi à une dorsale EN 1621-2, le tout de série. Une dotation à saluer, d'autant plus que le Segura S Race 4 avancerait à ce chapitre une conformité à la norme EN 13595 de niveau 1 aux dire du fabricant, un plus notable pour la protection le cas échéant.
Proposé au tarif de 449 €, le blouson Segura S Race 4 est disponible du S au 3XL.

Présentation publiée le vendredi 07 septembre 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires