Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Blouson Spidi Track Wind

Présentation

Un peu de ventilation bénéficie au confort en conduite sportive. C'est ce constat qui a poussé Spidi à proposer dans sa gamme 2013 un blouson racing en cuir perforé, le Track Wind. Un vêtement extrapolé d'une combinaison racing de la marque.

Blouson ventilé moto et scooter sport Spidi Track WindLa gamme Track de Spidi s'enrichit cette année d'un modèle ventilé, le blouson Track Wind. Lui aussi taillé pour les plus sportifs d'entre nous, il intègre donc de larges empiècements de cuir bovin micro-perforé, destinés à améliorer la circulation de l'air, toujours appréciable en conduite active.

Blouson Spidi Track Wind : Du vent pour les sportifs

Même s'il est surtout prévu pour les sessions sportives par beau temps, Spidi a prédisposé son blouson à recevoir une série de doublures qui pourront augmenter son champ d'utilisation, en particulier une membrane H2Out, la technologie imperméable de la marque. Malheureusement, il s'agit d'une option, facturée 80 €.
Blouson ventilé moto et scooter sport Spidi Track Wind : Vue intérieureInspiré de la combinaison éponyme, le Track Wind compte sur des empiècements de textile Flex Tenax sur les manches, un matériau à la fois résistant à l'abrasion et élastique pour une plus grande liberté de mouvement.
La finition semble de bonne facture, avec un col et des poignets ourlés de néoprène pour un toucher plus agréable, des pattes de serrage velcro à la taille ou des surfaces réfléchissantes pour une meilleure visibilité nocturne.
La protection repose sur deux paires de coques Force Tech certifiées aux épaules et aux coudes. Pour compléter cette dotation un brin minimaliste, sont également proposés au catalogue une dorsale et une protection thoracique (comptez un centaine d'euros en plus l'ensemble).

Proposé au tarif de 409,90 € (prix de lancement), le blouson Spidi Track Wind est fabriqué du 46 au 58 (soit du XS au 3XL).

Présentation publiée le vendredi 02 novembre 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires