Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Les SMX-6 évoluent ? Nous les avons donc confiées à celui qui avait usé la première version jusqu'à la corde. Bis repetita : Morgan a fait frotter les Alpinestars SMX-6 v2 sur route et sur piste, allant jusqu'à les ruiner pour vous dire si ces bottes valent le coup. Essai !

Bottes moto racing et sportives pour la route  Alpinestars SMX-6 v2J'avais déjà apprécié la première version des Alpinestars SMX-6, bottes qui m'accompagneront pendant 3 saisons de courses, des graviers du rallye de la Sarthe au béton des trottoirs de l'île de Man. À bout de souffle, après de multiples chutes, séances de limage sur le bitume et fantaisies en tous genres, il était temps de trouver des remplaçants à mes mocassins et de me mettre à la page en passant aux SMX6 V2, les dernières-nées de la marque à l'étoile. Sur le papier comme dans la réalité, les évolutions entre les deux versions ne changent pas l'aspect des bottes. Le jeu des 7 différences peut alors commencer : mais je ne vais pas le faire, parce que je suis un vilain et que les changements ne sont pas ou peu identifiables d'une part et qu'un bon essai vaut bien un inventaire de l'autre. Et, de toute façon, on a tout autant de choses à raconter en faisant l'amour dans le noir qu'avec la lumière allumée, alors…

Alpinestars SMX-6 v2 : Des pantoufles racing

Bottes moto racing et sportives pour la route  Alpinestars SMX-6 v2Alors bref, une fois chaussé, je retrouve dans les V2 les mêmes caractéristiques que sur le modèle originel : confort, souplesse, feeling. Ces paramètres étant plus qu'essentiels sur piste et largement maîtrisés par Alpinestars, les V2 ne dérogent pas à la règle. La complexité de réalisation de ce genre de produit porte justement sur ce point : réussir à obtenir une résistance suffisante pour protéger en cas de gros crash tout en étant agréable à porter. Ayant quelque peu changé de discipline entre mon premier essai de 2015 et aujourd'hui, mes besoins ont également évolué. Si j'avais trouvé la première mouture parfaitement adaptée pour une utilisation rallye, ou autrement dit orientée vie de tous les jours – puisque route, puisque attente et piétinement au départ des spéciales – mon orientation plus "piste" d'aujourd'hui m'amène à considérer d'autres critères. En effet, si je pense que ces bottes sont parfaites pour une utilisation sportive quel que soit le ruban, je crois que ceux qui roulent uniquement sur piste en demanderont plus en matière de protection (surtout après être tombé à très haute vitesse). Pas de souci, Alpi a dans sa gamme un produit plus racing, la Supertech R, offrant un niveau de protection plus important.

Rodage nécessaire pour la semelle

Bottes moto racing et sportives pour la route  Alpinestars SMX-6 v2Mais retournons à ce premier galop d'essai, lors de la course sur route de Chimay, en Belgique. Pas besoin d'un manuel de 12 pages pour se glisser dans la botte et la fermer (ce qui pose également beaucoup moins de questions aux pompiers quand ils doivent te déchausser) mais juste d'un peu d'insistance pour se frayer le premier passage. Une fois la fermeture remontée et le scratch rabattu vers l'intérieur, on est simplement comme à la maison. Un vrai plaisir ! Je me dis alors que je pourrai passer un week-end en spectateur aux 24 Heures ou au Bol à me promener autour du circuit sans avoir besoin d'un podologue au retour, un bon point… sauf si ta podologue est super bien gaulée. Mais bon, aujourd'hui, c'est à mon tour de courir. L'aisance est immédiate, pas besoin de "les faire", et la finesse de la pointe de la botte permet d'actionner le sélecteur sans trop d'amplitude de mouvement, ce qui convient bien à ma cheville malade. Le confort permet d'ailleurs aux Alpi de se faire oublier rapidement. Un peu trop peut-être. Au virage Frere, un 90 droit qui se doit d'être abordé en 2e la bave aux lèvres et tout par terre, mon pied glisse du repose-pied en alu moleté, se barre et je manque de me bourrer. J'en profite au passage pour limer ma combarde à l'intérieur du genou, défonçant les coutures, et ouvrant ma précieuse carapace de cuir sur environ 10 centimètres. Dans l'empressement du départ, je n'ai pas pris le temps, comme de coutume, de faire frotter le dessous de mes bottes sur le goudron pour les roder un peu et avoir le grip nécessaire aux appuis. Et comme je n'ai pas le temps vu que nous sommes en essais, je me refais la même quelques tours plus tard, mais cette fois ci au ras du rail et fond de 5 dans la descente Vidal… Bon, on arrête les conneries, les deux pieds par terre pendant 100 mètres et puis c'est marre. Et effectivement, il ne manquait que ça au SMX6 V2 pour être parfaites à l'usage !

Chimay, Tourist Trophy ou route pour le loisir, elles savent tout faire

Bottes moto racing et sportives pour la route  Alpinestars SMX-6 v2Histoire de pousser le vice un peu plus loin, j'ai amenées mes Espadrilles de compèt' au Classic Tourist Trophy. Toujours impeccables de confort et de souplesse – ce qui n'est pas du luxe tant le tracé est éprouvant – j'ai rencontré un second problème, ma chère maman en étant en partie responsable : je suis né avec les pieds en canard. Ajoutez ça au fait que ma 750 ZXR Godier Genoud n'a pas de commandes reculées et vous vous retrouvez avec les péniches qui touchent le sol assez régulièrement, provoquant l'hilarité générale des Hobbits. Mais c'est justement une bonne occasion de tester les sliders de botte histoire de parfaire le tableau. Sauf qu'arrivé à la course, qui dure quatre tours et 240 bornes, il ne restait du slider droit qu'un vague morceau de TPU, le reste ayant été mangé par le goudron. Pas grave me direz-vous, on change de slider et on repart pour un tour. Oui, sauf que j'ai tout limé, tout mangé, même la fixation sur la botte… et que j'ai maintenant l'air bien malin pour fixer mon bô slider tout neuf ! Je ne comprendrais jamais pourquoi les fabricants de bottes ne se penchent pas sur un système de fixation différent, en dessous, au dessus, avec des petits ballons d'hélium, je ne sais pas, surprenez-moi bordel, mais en tout cas pas avec des points d'attache juste derrière la partie frottante… et qui finissent par disparaître !

P$*#£ de fixations de sliders !

Bottes moto racing et sportives pour la route  Alpinestars SMX-6 v2Bref, passés ces menus détails, les SMX6 V2 (ou pas V2 d'ailleurs) se situent bien et en haut de l'éventail de boots route/sport (c'est rigolo ça, on dirait de l'allemand…). Exceptionnelles de confort, largement sécurisantes pour un usage normal, elles se montreront en revanche un poil légères sur piste si vous vous appelez Marc Marquez et que vous tombez 27,5 fois par an. Passée une petite séance de rodage de la semelle (pour une utilisation piste-sa-mère avec gros appuis uniquement), elles se montreront parfaitement adaptées sur circuit et sur route, voir même pour la randonnée à pied qui vous attendra tout en haut d'un beau col de montagne monté goulûment.

À 230 € (prix moyen constaté sur internet), le prix semble justifié par la qualité du produit et par sa polyvalence. Les pistards en loisir et tous ceux qui emplâtrent sur route seront certains de trouver une réponse de qualité à leurs besoins. Pour plus de protection et des chutes à plus de 200, il y a cependant de vraies bottes de compétitions, exclusives… et plus chères aussi. Par contre, pour plus de confort, je ne vois qu'une bonne vieille paire de charentaises.

Bottes moto racing et sportives pour la route  Alpinestars SMX-6 v2

Équipement porté durant cet essai : casque Shoei X-Spirit III, combinaison RST TracTech Evo Race et gants RST TracTech Evo Race.

Crédits photos : Angelina Gill, Morgan Govignon, MannMotorsports, Tracey's Pictures

Essai publié le vendredi 08 décembre 2017 par Morgan Govignon

Les plus

Le confort excellent
La polyvalence route/circuit
Le rapport maintien/sécurité/feeling
Le design, sobre et élégant

Les moins

Le petit rodage de semelle nécessaire sur piste
La fixation du slider de botte
L'odeur de panda décédé qui s'en dégage après la course (mais ça me fait ça avec toutes les marques)

Vos commentaires