Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Chez Gaerne, les bottes GP1 représentent le haut du panier, le summum de ce que la marque italienne sait faire pour les motards sportifs les plus exigeants. Nous les avons mises à l'épreuve sur route et sur piste pour trouver des défauts. On a lutté, mais on a réussi.

Bottes moto sportives Gaerne GP1 : Les photosIl y a des motards pour qui une botte n'est pas faite pour marcher de longues heures, ou encaisser 800 kilomètres sous le déluge. En revanche, ils attendent d'une paire de bottes qu'elle se montre irréprochable à l'approche du vibreur. Pour les taquineurs de chronos souhaitant rouler dans un confort maximum sans mettre de côté leur protection, Gaerne aligne les bottes de piste GP1. Que valent-elles en conditions réelles ? Retour sur un essai sur route et sur circuit.

Carbone, magnésium : Une finition impressionnante

Bottes moto sportives Gaerne GP1 : Les photosLeur tarif place d'entrée de jeu les Gaerne GP1 dans la catégorie des produits élitistes. Généralement affichées à plus de 250 € (à la date de la publication de cet essai), leur technicité aura de toute façon attiré uniquement les motards pour qui la piste est plus qu'un loisir épisodique. Le système anti-torsion Gaerne Floating System, constitué de deux lames de carbone est à l'image de la finition globale des GP1 : de haut niveau. En effet, difficile de les prendre en défaut durant les premiers instants ; les ajustements des différents éléments sont précis et les matériaux de qualité. Le slider présent au niveau des orteils et la protection de talon, tous deux remplaçables, sont en magnésium. la protection de sélecteur, en épais caoutchouc, ne devrait pas abdiquer rapidement, tandis que le dernier rabat fermant la botte, côté intérieur, est lui aussi en polyuréthane souple, afin de ne pas glisser, ni abîmer la peinture de la moto : un détail qui séduira les pistards attentifs à leur moto.
Dès l'enfilage, les GP1 montrent que Gaerne a placé le confort du pilote au centre de ses priorités. Le zip descend très bas et facilite le passage du pied. Une fois le rabat fermé, la boucle micrométrique présente sur le côté extérieur permet d'ajuster au mieux le serrage, même avec une combinaison un peu épaisse glissée dans la botte. L'intérieur des GP1 est un modèle de confort, venant se plaquer contre le pied et la jambe sans exercer de pression gênante. Le Gaerne Floating System ne gêne pas lors de la marche. Enfin pas trop, pour des bottes de piste. N'espérez pas gambader avec ces bottes, on reste plus près de la botte de ski que de la ballerine. Ces bonnes impressions se confirment en roulant. Il aura fallu les pousser pour déceler les premiers points perfectibles.

Bottes Gaerne GP1 : Une botte qui respire trop peu

Bottes moto sportives Gaerne GP1 : Les photosLe poids de 1 155 grammes par botte, dans la moyenne pour la catégorie, ne s'avère pas gênant une fois en selle. De même, aucune partie de la botte ne vient accrocher la moto à l'usage, comme cela peut parfois arriver. En revanche, par très forte chaleur, les Gaerne GP1 font apparaître un manque de ventilation assez flagrant. Certes, on le ressent seulement quand le soleil tape fort, mais pour des bottes sportives, on aurait aimé que Gaerne appose quelques ouvertures sur ses GP1 pour créer des courants d'air salvateurs. De même, ceux qui ont une cheville un peu forte risquent de ressentir une petite gêne au bout de plusieurs tours. Les GP1 sont très ajustées, mais du coup, l'espace autour de la cheville est réduit au minimum, pour privilégier la protection. Ce n'est pas le cou de pied qui pose problème, mais si vous avez la cheville un peu large, gardez la botte un quart d'heure pendant la séance d'essayage avant de craquer. Si en revanche vous n'avez jamais eu ce genre de souci, ce "défaut" se révélera être une qualité, avec une sensation de maintien très rassurante. Il est parfois difficile de contenter tout le monde.
Enfin, dernier détail qui a son importance, selon votre style de pilotage : la semelle. Sur route, elle ne nous a jamais posé de problème, offrant un bon ressenti des commandes, un grip impérial et permettant même de poser le pied au sol sur sol humide sans s'inquiéter. Nous les avons prêtées à Nicolas Lacroix, pilote en Championnat ProTwin sur une Aprilia RSV 1000. S'il a fait le même constat global sur les Gaerne GP1, la semelle lui a posé des soucis car il a pour habitude de faire "glisser" son pied gauche sur le repose-pied pour atteindre le sélecteur de vitesse. Le grip important du pad présent sous la semelle s'est alors montré handicapant. Mais comme Nicolas nous l'a dit, cela tient à son style de pilotage et d'autres pilotes ne rencontreront pas ce problème.
Enfin, pour l'étanchéité, pas de miracle malgré le peu de ventilations. Si le Lorica encaisse sans broncher la majorité des averses, le zip n'étant pas doublé par une membrane étanche, dès que l'eau l'atteint, le pied est mouillé. Mais comme le zip est placé sur la face interne de la jambe, ça laisse de la marge. Et comme quasiment toutes les bottes équipées d'une système anti torsion, les GP1 finissent par couiner lors de la marche. Un brin de silicone apposé aux points de friction plastique contre plastique résoudra le souci.

Matériaux de qualité, ajustements digne de la haute couture et un soin particulier apporté au confort et à la protection : les bottes de piste Gaerne GP1 ne ratent pas leur cible. Conçues pour les motards souhaitant des bottes de piste de très bon niveau, elles n'ont techniquement rien à envier à la concurrence, principalement des marques italiennes plus médiatisées, et souvent encore plus chères. Le système anti torsion se montre efficace sans être gênant et le maintien ne fait jamais défaut. On a apprécié le serrage très précis et la souplesse globale (pour une botte de piste). Si vous n'avez pas une cheville trop forte, voilà un excellent choix pour pister en confort et en sécurité, même sur piste humide. Revers de la médaille de ces bottes qui ne prennant pas immédiatement l'eau : par forte chaleur, les sessions devront être courtes, car les GP1 souffrent d'un cruel manque de ventilation.

Essai publié le vendredi 08 juillet 2011 par Ludovic Vidal

Les plus

Confort
Finition
Ajustements millimétrés

Les moins

Manque de ventilation
Cheville étroite
Tarif justifié mais important

Vos commentaires