Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Casque AGV S-4 SV

Présentation

AGV présente un nouveau casque intégral en fibre plutôt bien placé question tarif, le S-4 SV, qui ne fait pas pour autant l'impasse sur l'équipement puisqu'il se voit pourvu entre autres d'un écran fumé rétractable.

Casque carbone AGV S-4 SVGrosse nouveauté AGV en 2010, le casque intégral S-4 SV fait appel aux services de la fibre. Sa calotte est en effet conçue dans un mélange de fibres de carbone et de verre, dont les éventuels gains en termes de poids ne sont pas connus à ce jour. Destiné par AGV aux utilisateurs de roadsters, le S-4 SV pourrait plus généralement séduire ceux qui circulent à moto au quotidien, notamment parce qu'il intègre un écran pare-soleil intérieur actionnable à l'aide d'une petite tirette placée à gauche.

Du carbone pour moins de 300 €

Le S-4 SV (pour Sun Visor) devrait ainsi se plier à des conditions lumineuses variées. En revanche, l'écran principal n'est pas équipé de Pinlock — la faute à un prix de vente plutôt bas pour un casque fibre ? Il a néanmoins fait l'objet d'un traitement antibuée et antirayure. Plus original, les platines de l'écran s'avèrent réglables, comprenez qu'il est possible de moduler le nombre de crans entre les positions ouverte et fermé, chacun ayant ses habitudes à ce sujet.
Le fabricant met en avant le confort intérieur du casque grâce aux mousses double densité, qui bénéficieraient en outre d'un principe de mémoire de forme pour s'adapter à un maximum de morphologies et offrir une meilleure tenue dans le temps.
Ce casque se voit pré-équipé pour recevoir le kit mains-libres Bluetooth de la marque, le AGVoice, vendu en option 199 €.
Trois coloris unis (noir brillant, noir mat et blanc brillant) et une déco Naked déclinée en quatre couleurs (pour un surcoût de 30 €) sont proposées. Disponible du XXS au XXL en deux tailles de calotte, le S-4 SV d'AGV est vendu 269 € en uni, soit 299 € pour la version déco.

Présentation publiée le jeudi 01 avril 2010 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires