Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Avec son prix de vente accessible en dépit d'un équipement complet, le jet 10.6 D-Vision de Givi semble taillé pour le succès. Ce casque tient-il ses promesses au quotidien ? Verdict au terme d'un essai en conditions variées.

Casque jet moto et scooter Givi 10.6 D-Vision : Les photosPlus connue pour ses accessoires destinés aux motos et aux scooters, la marque italienne Givi propose également une gamme de casques, avec une forte représentation de jets, tous équipés d'une calotte injectée. Mais l'autre point commun de ses casques, c’est leur prix au ras des paquerettes, un gros argument de vente que peut aussi faire valoir le 10.6 D-Vision, le milieu de gamme Givi que nous avons essayé. Alors, que peut-on attendre d'un casque jet urbain dont le prix de vente passe sous la barre des 120 € ?

Bonne surprise côté confort

Casque jet moto et scooter Givi 10.6 D-Vision : Les photosLe premier contact avec un équipement au prix placé tel que le Givi 10.6 D-Vision est toujours source de circonspection. Pourtant, bien que sa conception s'en remette à des solutions simples, un examen rapide ne trahit pas de mauvaise économie susceptible de remettre en cause son vieillissement a priori. L'intérieur, constitué de mousses assez épaisses, offre un confort correct et un maintien de bon aloi, même sur des trajets dépassant la demi-heure. Le poids conséquent (1 410 g, quand même...) inquiète quand on le manipule, mais il n'engendrera dans les faits aucun désagrément notable sur les courts trajets pour lesquels il est étudié.
Le jet 10.6 D-Vision isole correctement des bruits extérieurs, en partie grâce aux mousses qui "encerclent" les oreilles. Celles-ci pourraient laisser craindre un enfilage fastidieux, voire un peu douloureux du casque. Il n'en est rien une fois qu'on a compris la marche à suivre : il suffit d’attraper le jet 10.6 D-Vision par les mousses d'oreilles, de les écarter (elles sont montées sur supports souples) et de glisser en douceur le casque sur son crâne. Cette technique permet également de ne pas retirer ses lunettes pour chausser ce jet, pratique !
Même s’il n'est pas très long, l’écran principal offre une protection correcte face au vent, lequel se trouve déporté de part et d’autre du visage. Il en va de même pour la pluie, les gouttes ruissellent bien et n'encombrent pas le champ de vision. Un roulage sous une grosse averse nous a même permis de nous rendre compte que le 10.6 D-Vision n'est pas sujet aux infiltrations surprises. Comprimé par l'écran lorsqu'il est fermé, le joint caoutchouc dirige l'écoulement d'eau vers l'arrière du casque, et les ventilations ne laissent pas le froid liquide entrer, lorsqu'elles sont closes bien entendu. Qui dit pluie dit buée : le Givi ne s'illustre pas plus que les autres jets de ce côté là grâce aux courants d’air limitant la condensation due à la respiration.

Et quand ça chauffe ?

Casque jet moto et scooter Givi 10.6 D-Vision : Les photosOn ouvre les deux ventilations frontales, pardi ! Rassurez-vous, elles ne risquent pas de mettre à mal votre brushing. Les deux petites prises d'air ont tout juste le mérite de renouveler l'air intérieur, bien que la circulation du flux jusqu'aux évents situés à l'arrière semble compromise par les mousses arrières, qui les obstruent directement. Mais relativisons, la configuration très ouverte du jet suffit à améliorer la respiration du cuir chevelu.
L'écran secondaire fumé apporte comme il se doit un surplus de protection bienvenu aux yeux quand le soleil brille grâce à une teinte adéquate. Fine, la manette destinée à le déployer ou le rétracter reste malgré tout aisément utilisable une fois que l'habitude de son positionnement est prise. Sans avoir adouci à la perfection le mécanisme, un léger rodage a permis d'atténuer un point dur, n'occasionnant à la fin aucune gêne. Pas de panique donc si en magasin, l’écran fumé vous parait un peu raide à sortir de son logement. En revanche, il se montre clairement trop court, ne couvrant que les deux tiers du champ de vision vertical, ce qui s'avère d’autant plus embêtant sur un scooter où la position de conduite est très droite. Un centimètre supplémentaire suffirait sans doute à remettre les choses d’aplomb, ce qui éliminerait l'éblouissement généré par le contrôle visuel du compteur situé en pleine lumière alors que les yeux se sont habitués à la moindre luminosité.
L'entretien du casque n’appelle pas de critique particulière. Le démontage de l’écran repose sur un système atypique de tirettes à actionner à l’aide d’un objet pointu au niveau de ses deux articulations. Un tournevis voire un stylo peuvent faire l'affaire. L’écran se démonte ensuite sans encombre. L’intérieur se détache lui aussi facilement, mais sur ce plan, la finition laisse un peu à désirer : les attaches velcro situées à l’avant n’offrent pas un rendu esthétique de premier ordre, et la coiffe s’avère un peu trop grande sur notre modèle d’essai, ce qui donne lieu à des plis intérieurs quand elle est en place. Heureusement, ceux-ci n'occasionnent aucune gêne.

Au terme de notre essai, nous n'hésitons pas à recommander le Givi 10.6 D-Vision, un jet dont le rapport qualité/prix nous parait satisfaisant. En dépit de quelques défauts de moindre importance excusables par un budget maîtrisé, ce casque s'en sortira sans problème au quotidien, et brillera même par un enfilage assez aisé et par sa prestation sous la pluie. Seul son écran solaire trop court déçoit réellement. Le jet 10.6 D-Vision conviendra donc particulièrement aux utilisateurs de deux-roues urbains qui multiplient les courts trajets.

NB : Le test du champ de vision a été mis en place après que nous ayons testé ce casque, c'est pourquoi nous ne faisons pas mention de ses capacités à ce niveau.

Essai publié le mercredi 15 juin 2011 par Loïc Bonraisin

Les plus

Prix
Confort
Enfilage

Les moins

Écran fumé trop court
Finition intérieure

Vos commentaires