Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Casque LS2 FF396 CT2

Présentation

Pour 2013, le carbone s'invite dans la catégorie sport-GT de LS2 avec le FF396 CT2. Chaînon manquant entre le modèle routier en fibre et l'intégral sportif carbone, le nouveau haut de gamme de la marque garde un budget mesuré.

Casque moto routier carbone LS2 FF396 CT2En dépit d'un look sportif incontestable avec sa finition en carbone verni, le nouveau casque FF396 CT2 de LS2 vise plutôt les motards routiers. Avec sa calotte identique à celle du casque racing du fabricant, le FF396 CR1, et la dotation du modèle routier fibre, le FF396 FT2, il intègre en effet un série d'aménagements superflus en usage piste, mais appréciables au quotidien, dont l'écran solaire interne est le représentant le plus emblématique.

Casque LS2 FF396 CT2 : Du carbone pour la route

Casque moto routier carbone LS2 FF396 CT2, déco TTIl ne perd cependant pas tous les attributs d'un casque sportif : le serrage se voit ainsi confié à une boucle double D, un système de rétention qui a fait ses preuves et qui ne requiert qu'un peu d'habitude. Cette concession au poids cumulée à la fabrication en carbone lui permettrait de ne pas dépasser les 1 400 grammes. Pas si mal pour un casque avec double écran. Il dispose même du système de gonflage des mousses de la marque, le Air-Go, un plus pour le confort et le maintien qui lui permet de faire face la tête haute à une concurrence techniquement très affûtée.
L'écran 2,5 mm du FF396 CT2 serait pré-équipé Pinlock, en tout cas si l'on s'en tient à ce qu'annonce LS2. Il bénéficie quoi qu'il en soit d'un traitement anti-buée et anti-rayure.
En plus du système de ventilation obturable, il compte sur un intérieur fabriqué en tissu anti-transpirant, qui se révèle aussi intégralement détachable et lavable.

Disponible en deux tailles de calotte, du XS au XXL, le casque intégral carbone LS2 FF396 CT2 est proposé au tarif de 299 € (ou 329 € en version TT avec aplats blancs).

Présentation publiée le mercredi 19 décembre 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires