Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Casque Nolan N103

Présentation

Le N102 est mort, vive le N103 ! Le nouveau casque modulable de Nolan revendique un plus grand silence d'utilisation, un confort en hausse et une double homologation pour grappiller des parts de marché.

Casque modulable Nolan N103Dernière génération de casque modulable de Nolan, le N103 tire les enseignements de l'expérience de son aïeul, le N102. Principal grief retenu contre ce dernier, les bruits aérodynamiques devraient se voir réduits sur le N103 grâce à l'apparition d'un joint caoutchouc entre la mentonnière et la calotte, limitant les infiltrations d'air inopportunes sources de nuisances sonores. Le tissu intérieur, toujours démontable et lavable, fait désormais appel à la technologie Clima Confort de la marque italienne, imaginée pour favoriser la circulation de l'air lorsque les aérations sont ouvertes - un plus potentiel en été. Les coussins de joues s'avèrent eux aussi démontables et lavables.

Garanti cinq ans

Autre nouveauté sur le N103, le "demi-écran" fumé extérieur superposable a cédé sa place à un écran solaire intérieur rétractable traité anti-buée, actionnable grâce à un curseur extérieur situé sur le côté gauche du casque. Toujours en cas de météo estivale, un extracteur à l'arrière de la calotte devrait améliorer la circulation de l'air entrant par les deux aérations en façade.
Pour moins de prise au vent en configuration ouverte, l'articulation de la mentonnière repose sur deux points de pivot : l'ouverture de la mentonnière suit ainsi une trajectoire elliptique, visant à réduire la surface frontale du casque.
Homologué jet et intégral, le N103 est garanti pas moins de cinq ans par Nolan ! On regrettera tout de même qu'une seule dimension de calotte soit disponible, alors que ce modulable est proposé en sept tailles (du 2XS au 2XL).
Vous devrez vous acquitter d'une somme allant jusqu'à 380 € (selon la déco que vous choisissez) pour vous l'offrir.

Présentation publiée le lundi 23 novembre 2009 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires