Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Casque Schuberth O1

Présentation

Après un M1 autant taillé pour la route que la ville, Schuberth revient avec un nouveau casque jet exclusivement urbain jouant la carte du minimalisme. À l'extérieur, car l'intérieur du O1 semble être au niveau du reste de la production, pour un confort maximal.

Casque jet moto et scooter minimaliste néo-rétro en fibre Schuberth O1Vous trouvez les casques Schuberth plutôt tristes et destinés aux adeptes des longs roulages sur des motos de 300 kg ? Il va falloir revoir vos clichés car la marque de Magdebourg (où sont fabriqués ses casques) a décidé de prendre le contrepied avec le O1. Ce jet se veut aussi minimaliste dans ses lignes que peu discret dans ses coloris. Mais d'après sa fiche technique, si le O1 adopte un look simple, il est loin d'être simpliste.

Casque Schuberth O1 : Jet minimaliste mais très travaillé

Casque jet moto et scooter minimaliste néo-rétro en fibre Schuberth O1Le fabricant allemand Schuberth s'est taillé une solide(et justifiée) réputation dans l'univers du casque Grand Tourisme, depuis le premier Concept jusqu'au récent modulable C4 en passant par le très routier intégral S2. Même son premier modèle racing, nommé SR1 (et testé ici) parvenait à surprendre par sa qualité générale. Il y a trois ans, Schuberth présentant le Metropolitan 1, un jet à écran long pensé pour les arpenteurs de boulevards et de périphériques souhaitant combiner champ de vision et confort impérial. Ce qu'a d'ailleurs confirmé notre test complet. Pour 2018, Schuberth revient avec un nouveau jet, dont la forme et les fonctionnalités ne laissent aucun doute quant à sa cible : les amateurs de cafe racer, scrambler et autres motos impliquant un équipement sans fioriture, léger et confortable. Alors que les jets habituellement estampillés Néo-rétro adoptent à peu près tous le même look, ici, pas de boutons-pression sur le front ou d'écran plus ou moins bombé. Ceux qui voudront se protéger les yeux devront porter des lunettes (de soleil ou à pans coupés de type Climax) ou un masque car rien n'est intégré, dans un souci de minimalisme mais aussi d'aérodynamique.

Trois tailles de coque et poids mini

Casque jet moto et scooter minimaliste néo-rétro en fibre Schuberth O1En effet, Schuberth indique que la forme de la calotte en fibre de verre a été étudiée en soufflerie. Rappelons que la marque dispose de sa propre soufflerie climatique, afin de rendre ses casques plus silencieux mais aussi les plus neutres possible pour ne pas forcer sur la nuque des utilisateurs. On peut donc raisonnablement en déduire que O1 saura se faire oublier une fois au guidon. Et pour parfaire le niveau de confort, son intérieur est très proche de celui (quasiment parfait) du M1 déjà essayé, avec une absence totale de couture et une évacuation optimale de la transpiration, ce dont personne ne se plaindra, surtout en été. Schuberth annonce un poids de 1 100 grammes en taille XS. Notez qu'on trouve trois tailles de coque afin que les plus petites têtes bénéficient d'un casque au gabarit général contenu ; cela reste rare mais la différence à l'usage est flagrante. Seule surprise étant donné le public visé : la boucle de rétention. Alors que les utilisateurs urbains et routiers privilégient la version micrométrique, c'est ici une boucle double-D qui est utilisée. Si ce système est moins complexe que beaucoup ne le pensent, il reste parfois dissuasif au moment de l'achat.

Disponible du XS au XXL, le Schuberth O1 existe dans 3 coloris unis (1 brillant et 2 mats) ainsi que 9 décos, mates ou brillantes, allant du très sobre et distingué Era au plus "Tron-esque" Chullo Blue. Comptez entre 289 et 379 € selon le modèle choisi. Un tarif plus élevé que certains jets de milieu de gamme mais qui reste cohérent si la qualité est bien aux standards de la marque, chacun ayant sa propre estimation de la valeur du confort dans le prix final.

Casque jet moto et scooter minimaliste néo-rétro en fibre Schuberth O1

Présentation publiée le mercredi 04 juillet 2018 par Ludovic Vidal

Vos commentaires