Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Est-il réaliste de proposer un casque de piste avec une technologie AirFit héritée de la route ? Un casque de MotoGP peut-il convenir en usage routier, même sportif, en restant à un tarif raisonnable ? Scorpion a relevé le défi avec le Exo-2000 Air. Un casque qui fera date.

Casque moto racing Scorpion Exo-2000 AirAnnoncé en fin d'année 2011 lors du Salon de Milan, le Scorpion Exo-2000 Air représentait alors une révolution pour le fabricant coréen. Développé avec l'aide des pilotes qui utilisaient alors le Exo-750 Air, le Exo-2000 Air joue lui aussi dans la catégorie des intégraux sportifs. Il sacrifie le second écran solaire et toutes les fioritures à vocation routière pour viser l'efficacité maximale, sans toutefois se départir du AirFit System, le système de gonflage maison. Après quelques milliers de kilomètres de test, il faut se rendre à l'évidence : la mutation du monde des casques sportifs est en cours.

Casque Scorpion Exo-2000 Air : Le sport bien en tête

Casque moto racing Scorpion Exo-2000 AirAvec le Exo-1000 Air, dernièrement modifié dans une version E11 allégée, Scorpion s'était taillé une belle image dans la catégorie des casques sportifs mais taillés pour la route. Du côté de la piste, le Exo-750 Air accusait le poids des ans, tant sur la balance qu'au niveau esthétique avec un gabarit imposant, et ne répondait plus aux attentes des pilotes, comme nous l'avaient confirmé Kenny Foray et Julien Da Costa lors du Bol d'Or. Pensé pour la compétition et plus particulièrement le MotoGP, le Exo-2000 Air adopte la nouvelle technologie TCT, qui avait déjà permis d'abaisser le poids du Exo-1000 Air Type E11. Ici, Scorpion annonce un poids de 1 280 grammes. Nous avons mesuré notre modèle de test, en taille L, à 1 500 grammes. Une valeur proche de ce que proposent Shark et Shoei avec les très sportifs Race-R Pro et X-Spirit II, ces derniers ne disposant pas du gonflage des mousses. Loin d'être un gadget, le AirFit System permet d'ajuster au mieux le casque selon l'usage. Les mousses offrent un maintien suffisamment ferme lors d'une "balade rapide" ; mais quand il s'agit d'enchaîner plusieurs tours de circuit, quelques pressions sur la pompe intégrée à la mentonnière et le casque semble se mouler sur les joues. Il ne bouge alors plus du tout, que ce soit sur une forte relance, sur des changements d'angle ou en jetant un œil vers l'arrière à pleine vitesse. On bénéficie du confort d'un casque réellement sur mesure, avec des mousses fermes au revêtement très doux et absorbant bien la transpiration.
On prend alors toute la mesure du travail effectué par Scorpion pour la mise au point du Exo-2000 Air, avec l'aide des pilotes officiels, parmi lesquels on trouve (entre autres) Grégory Leblanc, Louis Rossi, Nicolas Terol et Alvaro Bautista. Rien que ça.

Une soufflerie cachée dans le casque ?

Casque moto racing Scorpion Exo-2000 AirS'il y a bien une chose dont l'abondance n'est jamais critiquée dans un casque de moto, c'est la ventilation. Agréable sur route par temps chaud, une bonne ventilation devient indispensable sur piste, pouvant faire d'un casque un véritable enfer s'il en est dépourvu. Ici, on trouve des entrées d'air sur le menton, le front et le haut du crâne tandis que trois extracteurs à l'arrière (non obturables) sont en charge de l'évacuation de l'air chaud. Si vous avez l'habitude de tout ouvrir parce que « aucun casque ne ventile assez », vous risquez d'être surpris. La circulation de l'air dans les canaux s'avère si efficace qu'il est en effet difficile de garder toutes les aérations ouvertes si la température extérieure est inférieure à 20 °. Celles situées en haut du casque sont particulièrement impressionnantes : on a la sensation d'avoir ôté le haut du casque. Hormis les jours de canicule, nous avons préféré les ouvrir seulement au premier des deux crans. La ventilation de la mentonnière, pour sa part, s'ouvre directement sur la bouche du porteur, permettant de se gaver d'air frais. Avec un tel renouvellement d'air, on a vraiment l'impression d'avoir une soufflerie à disposition. Mais qui dit soufflerie dit bruit. Sur ce point, le Exo-2000 Air ne fait pas de miracle et impose l'usage de protections auditives en cas d'usage prolongé.

Des aménagements plus ou moins pertinents

Casque moto racing Scorpion Exo-2000 AirNous l'avions signalé dès son apparition aux JPMS 2012 : la présence, de série, d'une lentille Pinlock Max Vision sur l'écran 2D du Scorpion Exo-2000 Air est un progrès dont personne ne se plaindra. Avec un joint placé en dehors du champ de vision, ce Pinlock permet de garder une vision toujours nette, même lorsque les roulages se font dans de mauvaises conditions climatiques. Cette lentille peut d'ailleurs être installée sur le second écran livré par Scorpion dans la boîte du Exo-2000, à la teinte fumée (très) foncée. Sur la bavette (pour ceux qui la conservent en usage piste), un message informe les secours qu'il convient de dégonfler les mousses avant de retirer le casque. Passons rapidement sur le fait que ce message n'est pas disponible en français pour en arriver aux lanières présentes sous le tour de cou. Estampillées "Emergency", elles sont destinées à retirer les mousses pour pouvoir ensuite retirer le casque sans trop solliciter le rachis cervical. Il suffit de tirer dessus pour que la mousse de joue se détache de ses boutons pression. Bien étudié, ce système souffre du même mal (testé lui aussi) que son homologue EQRS de chez Shoei : sur route ou sur piste, les secours ne sont pas formés à les utiliser, ignorant parfois jusqu'à leur existence.
Du coup, les pompiers ou secouristes enlèvent le casque selon la procédure habituelle alors qu'un système mis au point pour leur faciliter la tâche est en place. Il y a là un effort de formation et d'information à faire pour les marques qui développent ces innovations.

Destiné à démontrer le savoir faire de Scorpion dans le haut de gamme du casque sportif, le Exo-2000 Air se donne les moyens de venir chatouiller des références bien établies, sur les podiums comme dans les rayonnages. Mieux équipé que ses concurrents, il se permet de proposer des prestations d'un niveau équivalent ou supérieur, comme en attestent les notes attribuées. Extrêmement bien ventilé, il offre un confort de premier ordre, même sans utiliser les mousses gonflables. Avec un prix débutant sous les 400 €, il n'a pas à rougir face à un Race-R Pro ou un X-Spirit II 200 ou 300 € plus onéreux. Scorpion pose ici de nouveaux jalons pour le rapport qualité/prix, et qualité tout court.
Dans la catégorie, seul un autre Coréen peut faire hésiter le motard à la recherche d'un excellent casque sportif, il s'agit de HJC avec le R-PHA10 Plus. Si Scorpion voulait sortir un Exo-2000 sans le système Airfit, on gagnerait des grammes et des euros. Pour arriver au meilleur casque racing possible ? On n'est pas loin de le penser.

Essai publié le mardi 06 août 2013 par Ludovic Vidal Dernière modification le mercredi 07 août 2013

Les plus

Maintien
Confort
Ventilation

Les moins

Trop typé piste ?
Bruit

Vos commentaires