Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Avec le Vancore, Shark répond aux motards qui avaient applaudi le jet dont il est tiré mais lui reprochaient une protection insuffisante. Proposé à un tarif attractif et dûment homologué comme casque intégral, le Vancore laisse-t-il encore des excuses à ceux qui n'avaient pas craqué sur le Raw ?

Casque intégral moto et scooter Shark VancorePrenez le casque Shark Raw, apparu fin 2012, conservez son look aux inspirations multiples et remplacez le masque souple par une mentonnière rigide adoptant le même aspect guerrier. Le processus de création du Vancore semble simple, non ? Et diablement efficace si l'on en croit le nombre de lectures de sa présentation depuis que Shark l'a dévoilé lors du dernier Salon de Paris. Dès réception de notre modèle de test, nous avons avalé les kilomètres pour vous dire s'il est (dé)raisonnable de craquer. Le Vancore, pour quels usages, sur quelles motos ? On vous dit tout.

Casque Shark Vancore : Tout dans la gueule ? Pas sûr.

Casque intégral moto et scooter Shark VancoreComme nous vous l'avions dans nos "premières impressions" à son propos, le Shark Vancore se montre plutôt léger. Dans une taille L, le casque reste à 1 300 grammes. Soit 1 450 grammes une fois paré de ses lunettes, obligatoires. Un poids somme toute raisonnable pour un intégral en résine thermoplastique et encore assez proche du jet Raw dont il est dérivé. D'ailleurs, on pourra faire à ce Vancore la majorité des remarques faites au Raw puisque les éléments communs sont nombreux. À commencer par la coque et les mousses intérieures. Le Vancore conserve donc un gabarit très contenu, proche du crâne. Ce qui explique en partie son poids maitrisé. Les mousses s'avèrent aussi agréables et douces que sur le Raw. Sous un soleil de plomb, leur capacité à absorber la sueur est aussi surprenante que leur douceur, surtout dans cette gamme de prix. En revanche, Shark s'est heurté à une limite technique et, en reprenant exactement la coque et les garnitures du Raw, le Vancore propose le même maintien. Les mousses de joue s'arrêtent donc à l'aplomb des oreilles. De fait, le maintien sur les joues est léger. Sur route et à partir d'un certain rythme (voire d'un rythme certain), le Vancore vous rappelle que son terrain de jeu est ailleurs.

Des aménagements bienvenus pour fixer le masque

Casque intégral moto et scooter Shark VancoreAlors que les lunettes du Raw étaient fixés derrière les platines, Shark a ici opté pour une fixation plus rapide par le biais d'ergots sur lesquels viennent s'accrocher les sangles. Ne retenez pas son nom barbare (QRGS : Quick Release Goggle System), sachez simplement que ce concept est génial. Du côté droit, la sangle est fermement accrochée, permettant alors de libérer le côté gauche quand on veut mettre ou ôter le casque. La charnière présente à gauche autorise un accrochage ou décrochage du bout des doigts, sans devoir regarder ou tâtonner. Et ce même avec des gants un peu épais. Histoire de parfaire le tableau, Shark a par ailleurs ajouté la possibilité de régler aisément la tension des sangles. Ainsi, chacun pourra choisir s'il souhaite que les Goggles soient légèrement en contact ou fermement serrées contre le visage. Les lunettes évoluent d'ailleurs peu mais en avaient-elles besoin ? Leur double écran offre une vision claire et toujours exempte de buée. Seul le champ de vision (mesuré à 130°) peut décevoir mais c'est la contrepartie du look offert. Les orifices présents sur la monture des lunettes évitent tout début de transpiration autour des yeux.

Casque dans le vent et vent dans le casque

Casque intégral moto et scooter Shark VancoreComme certains l'ont remarqué sur les photos, la mentonnière ne dispose d'aucune ventilation, la décoration à l'avant de celle-ci étant uniquement esthétique. Il ne faudra pourtant pas s'inquiéter de la capacité du Vancore à rafraichir son porteur. En effet, dépourvue de bavette, la mentonnière stoppe très peu les courants d'air. Ce qui n'est pas désagréable à l'approche de l'été mais imposera un tour de cou efficace à ceux qui souhaiteront utiliser le Vancore en hiver au nord d'une ligne Biarritz/Monaco. Ce flux d'air participe activement à la bonne efficacité du casque pour limiter les coups de chaud et, masque de type crosse oblige, laissera les yeux à l'abri, ce dont les porteurs de lentilles se réjouiront. La seule ventilation présente se situe sur le dessus de la calotte. Contrairement au Raw, le Vancore adopte une glissière pour ouvrir ou fermer cette ventilation. L'efficacité générale est correcte, même si la circulation d'air à l'avant du casque tend à faire penser que l'aération supérieure aurait pu être plus large.
Suite à la demande de certains lecteurs, nous avons également testé le Vancore sous la pluie afin de vérifier si les ajustements entre les lunettes et le casque laissaient passer l'eau. La réponse est non, si les Goggles sont correctement placées (ce qui se sent de toute manière par une pression régulièrement répartie sur le visage). Seul un véritable déluge a fini par avoir raison de l'étanchéité mais d'autres équipements avaient rendu les armes avant le casque.

Un casque détonant et des limites à connaitre

Casque intégral moto et scooter Shark VancoreComme le Raw avant lui, le Vancore est sans réel équivalent dans sa catégorie, avec une gueule qui le rend reconnaissable entre mille. Il convient cependant de garder en tête que certaines de ses spécificités, qui feront merveille dans un cadre défini, pourraient s'avérer décevantes dans d'autres ;  de la même manière que le meilleur modulable au monde sera une calamité en utilisation sur piste par exemple. Par son design très tranché et son aérodynamique particulière, le Vancore privilégie les roadsters, carénés ou non. D'ailleurs, les angles de vision imposés par les Goggles seront une limite en cas d'utilisation sur une moto sportive. De même, l'absence de mousses sur les joues, si elle participe au confort en ville, fait que le casque à tendance à reculer quand on atteint (ou dépasse) les allures autoroutières. Enfin, comme tout casque pensé pour les trajets urbains et péri-urbains, le bruit est assez présent quand on laisse le moteur s'emballer. Ceux qui souhaitent tailler la route avec un Vancore devraient s'intéresser aux protections auditives, mais c'est le lot de nombreux modèles.

Le Shark Vancore réussit l'exploit d'adopter une identité propre tout en respectant l'héritage du Raw. À peine plus lourd et presque au même prix (40 € d'écart), le  Vancore a tout ce qu'il faut pour rafler la mise auprès des motards cherchant un intégral aux lignes non consensuelles et ne voulant pas faire de compromis sur le confort pour rouler en ville ou pour des trajets inter-urbains. Bien entendu, il marquera le pas pour le sport ou les longs trajets par temps froid mais il n'a pas été créé dans ce but. Léger, bien fini et équipé d'un système de Goggles vraiment bien étudié, le Vancore risque fort d'imposer Shark comme une marque à la mode pour les mois à venir. Et le Vancore comme un casque dont le look à part va, paradoxalement, se voir à tous les coins de rue, surtout à 259 €.

Essai publié le mercredi 18 juin 2014 par Ludovic Vidal

Les plus

Tarif
Finition
Principe des Goggles abouti
Look

Les moins

Maintien à (très) haute vitesse
Concept typé (avec, donc, des limites)

Vos commentaires