Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Équipement haute visibilité Bering Brassard

Présentation

Bering est le premier gros fabricant à dégainer son brassard haute visibilité. Destiné aux motards comme aux scootéristes, le modèle en question répond à la norme CE EN 13356, mais il arrive avant les textes officiels définitifs.

Brassard moto et scooter Bering : Les photosIl fallait s'y attendre, puisque le Gouvernement n'a pas lâché l'idée d'imposer un équipement rendant les motards et scootéristes plus visibles : les brassards à ajouter aux blousons arrivent. Et avec l'annonce des nouvelles collections, c'est Bering qui tire le premier ; et risque d'essuyer les plâtres.

Brassard réfléchissant Bering : Très simple. Trop ?

Le brassard rétro-réfléchissant Bering est visuellement semblable à ce qu'on trouve déjà dans d'autres domaines. D'une faible largeur, il est de couleur blanche, conformément à ce qui avait été annoncé il y a quelques mois. Depuis, nous avons appris que les coloris seraient plus libres, pour plus de discrétion en plein jour. Bering a malheureusement fait les frais des délais de production, qui ont certainement obligé à arrêter les choix techniques bien avant le mois d'août.
Disponible en deux tailles et vendu par paire (puisqu'il faudra en porter un à chaque bras), le brassard Bering est élastique, afin de rester bien maintenu, sur du cuir ou sur du textile. Il respecte la norme CE EN 13356. Afin d'habiller le coloris uniformément blanc, la marque a apposé son nom. Une manière également d'intégrer un peu mieux le brassard, peu élaboré, au design des blousons, même s'il sera difficile de faire croire que c'est un élément de série.

Pour le tarif, comptez 6 € la paire. Une option à se faire offrir pour l'achat de votre blouson neuf ? Nul doute que les motards n'ont pas fini de débattre à ce sujet. Si vous souhaitez donner votre avis, notre nouveau module de discussion vous attend en bas de page.

Présentation publiée le jeudi 01 septembre 2011 par Ludovic Vidal

Vos commentaires