Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Quand on est une marque récente dans la moto et qu'on appelle ses gants GP Pro, on prend certains risques. Peut-on dire que ESKA a réussi l'examen de passage avec ces gants racing alliant cuir classique et kangourou ? Verdict après l'essai.

Gants moto racing ESKA GP ProArrivée il y a à peine deux ans dans le milieu des gants pour motards, ESKA dispose des GP Pro dans le haut de sa gamme. Par leur look, leurs caractéristiques ou leur nom, les gants ESKA GP Pro entendent bien se faire leur place sur le marché du gant sportif, voire vraiment racing. Au-delà de la fiche technique, flatteuse, quel bilan s'en dégage après des essais sur piste et sur route ? Des virages auvergnats aux vibreurs portugais, nous ne les avons pas ménagés.

Gants ESKA GP Pro : Une souplesse étonnante

Gants moto racing ESKA GP ProÀ vrai dire, à la réception des GP Pro, nous n'avions pas encore regardé la fiche technique. Une fois la main dedans, un élément est indiscutable : ils sont souples. Vraiment souples. Le ressenti sur la paume et la face inférieure des doigts est tel qu'on croirait porter de petits gants de ville. La paume en cuir de kangourou fait honneur à la réputation de ce matériau et permet de se sentir tout de suite bien dans les ESKA GP Pro.
Comme sur la majorité des modèles racing, les coutures sont extérieures, là encore pour augmenter le confort et ne pas avoir de couture pouvant irriter le bout des doigts durant un long roulage.
Au moment de partir rouler, du fait de leur souplesse, les gants ESKA GP Pro s'enfilent très rapidement. La patte de serrage du poignet s'attache aisément. Pour le large rabat en polyuréthane, nommé TPU Flap, c'est moins intuitif. Le premier se manipule facilement. Le second, quand on a la première main gantée, demande un peu d'habitude pour venir correctement se plaquer. Ceci est dû à sa rigidité, qui ne se montre cependant jamais gênante quand on roule.

De bonnes idées et d'étranges oublis

Gants moto racing ESKA GP ProLa souplesse du cuir Pittards n'est jamais prise en défaut, et c'est un régal de bien sentir les commandes sous les doigts. les soufflets présents à la base des pouces offrent une latitude bienvenue, notamment quand il faut serrer les poignées (et la visser ...). On a vraiment la sensation que le gant n'est jamais une contrainte.
On est en revanche bien plus circonspects quand on regarde les deux derniers doigts de chaque main. Pour un gant piste, il est rare (c'est même quasiment du jamais vu) de ne pas trouver de patte de renfort reliant l'annulaire à l'auriculaire, afin d'éviter le retournement de ce dernier en cas de chute. Même si on peut mettre ça sur la jeunesse de ESKA pour la moto, cela risque de refroidir plus d'un pistard. Sur le dessus de la main, la coque en carbone est percée de trois petites aérations. Si leur finition est en deçà du reste du gant, leur efficacité est avérée. Sur route, la ventilation est suffisante ; sur piste, le gant se gave en air, apportant une fraicheur bienvenue. Cette même coque présente un aspect assez mat. Certaines personnes nous ont demandé si c'était vraiment du carbone. On vous le confirme, ce n'est pas du plastique décoré, mais ça peut surprendre.

Résistants à l'eau de manière suffisante pour une session sur piste (soit environ 20 minutes), les ESKA GP Pro sèchent sans que le cuir Pittards ne raidisse. De même, on peut les ôter et les remettre avec les mains mouillées sans souci. Les pilotes aux mains moites seront rassurés.
En revanche, nous avons été étonnés de ne pas trouver toutes les étiquettes exigées par la certification EN 13594 dont nous parlons dans notre dossier sur les homologations. ESKA nous a indiqué que les GP Pro répondaient à cette norme, mais en l'absence d'étiquettes en attestant, on ne peut pas le garantir. Notez que ESKA n'est pas un cas isolé, loin s'en faut. À ce jour, la concurrence ne fait pas mieux...

Proposés à 137 €, les gants racing ESKA GP Pro sont dans la moyenne basse des prix pratiqués. Dans cette gamme de tarifs, ils sont certainement parmi les plus souples et les seuls à proposer du kangourou pour la paume, ce qui sera autant apprécié sur circuit que sur route. Les pistards leur reprocheront l'absence de patte de maintien auriculaire/annulaire mais les amateurs de balades plus ou moins rapides sur route y seront moins sensibles. En progressant sur la finition (le perçage des ventilations), ESKA a sans aucun doute de quoi s'inviter parmi les marques qui comptent car les GP Pro sont homogènes et sans réel défaut.

Indiqué dans les points négatifs, le flou sur la certification EN 13594 est valable pour quasiment toute la concurrence et n'est pas spécifique à ces gants.

Essai publié le vendredi 06 avril 2012 par Ludovic Vidal

Les plus

Souplesse
Résistance à l'eau
Ne tiennent pas chaud

Les moins

Liaison annulaire-auriculaire absente
Détails de finition (coque supérieure)
Étiquettes d'homologation ?

Vos commentaires