Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Gants ESKA Urbano 2

Présentation

Sous leurs surpiqûres, difficile de deviner que les ESKA Urbano 2 sont des gants développés pour la pratique du 2 (ou 3) roues. Fabriqués en cuir de chevreau, ils devraient protéger efficacement ceux qui rechignent habituellement à porter des gants trop typés moto.

Gants moto et scooter urbains ESKA Urbano 2Née en Autriche, la marque de gants ESKA s'est principalement faite connaître par ses produits typés compétition, comme les GP Pro ou route, à l'image des Indianapolis GTX. Pourtant, leur catalogue n'oublie pas les utilisateurs citadins. C'est d'ailleurs eux que les Urbano 2 devraient intéresser. Simple, ce modèle se veut très souple et permet d'offrir une bonne protection sans pour autant gréver le budget.

Gants ESKA Urbano 2 : Cuir de chevreau pour la sécurité et le confort

On le sait, et les services de secours le déplorent souvent : beaucoup d'utilisateurs de scooters ou de moto délaissent certains équipements lors des trajets urbains. Pourtant, le port d'une paire de gants légers réduit le risque de blessures aux mains de plus de 90 % (voir notre article détaillé). C'est pourquoi les fabricants proposent à présent des gants sobres, esthétiques et souples. Chez ESKA, les Urbano adoptent donc une construction en cuir de chevreau, un matériau suffisamment résistant pour protéger des chutes aux allures modérées et bénéficiant d'une souplesse sans égal. ESKA a ajouté des empiècements en Amara pour renforcer la paume mais les Urbano 2 restent vierges de protections sur le dessus de la main. Cela n'est pas trop gênant en ville puisque le premier réflexe est de poser la paume au sol si l'on chute. Et les Urbano 2 conservent ainsi un aspect de gant traditionnel et classique, avec une fermeture par velcro au poignet.

Disponibles du M au 3XL (soit du 8 au 12 pour ESKA), les gants ESKA Urbano 2 s'affichent à 49 €. De quoi éviter bien des déconvenues sans se ruiner.

Présentation publiée le vendredi 11 avril 2014 par Ludovic Vidal

Vos commentaires