Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Gants Furygan AFS 10

Présentation

Les nouveaux gants sportifs de Furygan poussent le concept des AFS 8 un peu plus loin. Les AFS 10 annoncent en effet plus de protection, plus de ventilation, plus de souplesse que leurs petits frères. Jolies promesses ...

Gants piste Furygan AFS 10Les AFS 8 nous avaient convaincus lors des roulages auxquels nous les avions confrontés. Si l’on en croit Furygan, ses nouveaux AFS 10 devraient encore mieux faire, puisqu’ils reprennent le concept des AFS 8 pour l’améliorer en suivant plusieurs axes.

Gants Furygan AFS 10 : Toujours plus racing ?

La protection tout d’abord devrait se faire plus efficace. Si l’on retrouve le système de coque Exo sur leur dos censé disperser l’énergie avant qu’elle ne frappe la main, ces gants piste pourront aussi compter sur davantage de coques rigides (dont la majorité est en carbone, voir photos). Une omni-présence qui rassure sur la capacité des AFS-10 à encaisser d'éventuels chocs. Toujours en cas de chute, l’annulaire et l’auriculaire sont reliés par deux petits liens de cuir en vue de limiter les torsions de ces doigts.
La grosse coque intégre par ailleurs un système de ventilation, qu’assistent des panneaux de cuir perforé en plusieurs endroits, en particulier sur la manchette. Les AFS-10 de Fury embarquent enfin des soufflets d’aisance qui joueront en faveur d’une plus grande souplesse.
Sur-épaisseur anti-abrasion et film silicone pour le grip des commandes équipent toujours la paume. Le serrage de la manchette bénéficie de deux bandes dont on peut espérer qu’elles permettent un serrage plus précis.
Evidemment, le prix se ressent de tous ces petits plus : les Furygan AFS 10 sont vendus 30 € de plus que leurs petits frères, soient 139 €, un tarif qui reste néanmoins raisonnable au regard de ce que propose la concurrence. Question tailles, ils sont disponibles du S au 3XL (voir notre guide des tailles pour les gants moto).

Présentation publiée le vendredi 18 mars 2011 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires