Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Gants IXS Nira

Présentation

Étudiés pour la mi-saison, les gants textile et cuir Nira d'IXS avancent une bonne étanchéité grâce à leur membrane Gore-Tex. Un équipement spécialement taillé pour les femmes qui fait payer cher ce composant.

Gants IXS Nira avec membrane Gore-Tex X-TrafitMême si quelques détails trahissent leur destination à la gent féminine, les gants textile et cuir IXS Nira ne versent pas dans le tout fuschia (voir la galerie photo). En dépit de ce choix que certaines apprécieront, cette nouveauté 2012 de la marque suisse bénéficie d'une coupe spécifique, annoncée plus adaptée aux mains des femmes qu'une paire de gants masculins standards. Le fabricant, qui consacre une grande partie de sa gamme aux motardes et aux scootéristes, aurait en particulier prévu une découpe des doigts plus "effilée".

Gants IXS Nira: Pour celles qui roulent aussi sous la pluie

L'autre atout des gants Nira d'IXS, c'est sans conteste leur protection antipluie, en provenance de chez Gore. Il s'agit en effet d'une membrane Gore-Tex X-Trafit, plus fine qu'une membrane de blouson par exemple, destinée à favoriser une plus grande souplesse. La fabrication en cuir de chèvre devrait également jouer dans le sens d'un meilleure facilité de mouvement, tandis que des impressions silicone au bout des doigts sera susceptible d'optimiser le grip des commandes.
Côté paume, ils optent pour du Clarino, un cuir synthétique résistant à l'abrasion. Sur le plan de la sécurité antichoc, les gants Nira ne font appel qu'à des éléments souples, sous la forme de rembourrage aux phalanges, aux pouces et sur le dessus.
Un système de serrage par pattes velcros au poignet et à la manchette est chargé d'assurer le maintien.
Fabriqués du XS au XXL, les gants femme IXS Nira sont proposés au tarif de 99 €. Un budget qui reste assez élevé, étant donné que les Nira atteignent le prix de certains gants hiver, l'isolation en moins.

Présentation publiée le jeudi 09 août 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires