Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Les gants de Terminator ? Presque, mais uniquement pour le look. À l'essai, les Handroid ont fait preuve d'une grande souplesse. Parfaits, ces gants au look étrange ? L'essai vous en dira plus.

Gants moto Knox Handroid : Les photosVoilà des gants qui portent bien leur nom, jeu de mots entre Hand (main) et Androïde. Les derniers nés du fabricant de protections Knox ne peuvent que faire penser à des mains robotisées, tant par leur taille, imposante, que par les protections sur le dessus des doigts. Justement, si ces protections sont visuellement impressionnantes, qu'apportent-elles au quotidien ?

Knox Handroid : Un exosquelette et un boa

Paume en cuir de kangourou pour la souplesse et le feeling, protections pour éviter la fracture du scaphoïde en cas de chute, tout ceci n'étonnera guère sur un gant pensé pour une utilisation sportive. En revanche, difficile de ne pas de remarquer les deux autres particularités du Knox Handroid. La première, c'est cet exosquelette (tiens, encore un mot faisant penser aux robots) visible sur chaque doigt. L'idée est en fait très simple : en cas de choc sur le dessus de chaque doigt, c'est toute la tige qui amortit l'impact. Et pour éviter de se retrouver avec un gant trop rigide, cette tige est souple et coulisse quand on plie la main. C'est particulièrement visible sur notre vidéo.
On pouvait craindre une rigidité induite par cette protection, ce n'est pas le cas. Le ressenti des commandes est d'ailleurs exceptionnellement bon avec ces Handroid.
Le système Boa, dédié à la fermeture de la manchette, est pour sa part un peu moins naturel. Permettant de serrer de manière très précise le gant et facile à déverrouiller, il est malheureusement peu intuitif à utiliser avec un gant sur la main. Si tout se passe bien pour fermer le premier gant, les choses se compliquent un peu pour le suivant. Rien de catastrophique, mais l'enfilage et la fermeture de ce gant agaceront s'il faut le faire 30 fois par jour. Le terrain de chasse de ces gants étant la piste, ou la sortie sportive sur route, cela ne gênera pas outre mesure ; mais si vous avez une course urgente à faire en ville au retour de votre balade, prévoyez une autre paire.

Très confortables mais peu ventilés

Gants moto Knox Handroid : Les photosIl manque aux Handroid une ventilation plus adéquate. En effet, les seuls trous d'aération sont présents sur le dessous des doigts (voir les photos). Rien sur le dessus de la main ou entre les doigts. Dès que le thermomètre grimpe au-dessus des 30 °C, ça devient gênant. C'est d'ailleurs le seul reproche technique qu'on fera aux Knox Handroid pour un usage sportif. Bon côté de la chose et signe de coutures résistantes : ils résistent à l'eau quelques minutes malgré l'absence de membrane dédiée à cet usage.
Les pads rigides à la base de la paume ne gênent pas, sur un roadster ou une sportive, le gant sait rester souple malgré des protections très impressionnantes sur le dessus de la main et le système de serrage, original, s'avère précis et confortable.

Que du bon sur ces Handroid, qui étaient attendus au tournant ? Oui, pour qui peut se permettre d'investir près de 200 € dans des gants. Très technologiques et novateurs, les Knox Handroid savent se faire oublier (une fois enfilés ...), même quand on hausse le rythme, tout en laissant un sentiment de sécurité. Allez, un petit bémol, on aimerait juste qu'ils soient un peu plus fins, pour ne pas donner cette impression de rouler avec les gants de Loris Capirossi. Mais à part ça, pour une incursion dans le monde du gant piste, Knox signe un très joli coup.

Essai publié le mardi 27 juillet 2010 par Ludovic Vidal Dernière modification le vendredi 24 septembre 2010

Les plus

Confort
Précision du système Boa

Les moins

Ventilation faiblarde
Tarif
Enfilage parfois fastidieux

Vos commentaires