Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Gilet airbag Bering Airbag Moto

Présentation

Bering innove pour l'airbag grand public avec son gilet. Dépourvu de cable de déclenchement, il fait appel à l'électronique et à des capteurs placés sur la moto. Un concept présenté ce week-end à Montlhéry.

Gilet airbag moto et scooter BeringÀ l'occasion de l'édition 2010 des Journées Nationales de la Moto et du Scooter, Bering a présenté sa vision du futur de la protection pour les utilisateurs de deux-roues, qu'ils soient à moto ou en scooter, malgré son nom. Sobrement baptisé Airbag Moto, le gilet Bering a de sérieux atouts pour distinguer des autres gilets disponibles sur le marché. À commencer par son système de déclenchement, sans câble.

Deux capteurs sans fil pour 18 litres d'hélium

La différence qui saute aux yeux par rapport aux gilets et blousons airbag traditionnels —, comme le Motoairbag ou le système Spidi DPS — vient du câble de déclenchement, qui a disparu. Ici, pas besoin de s'attacher à la moto pour actionner le percuteur en cas de choc. C'est un ensemble de capteurs qui alerte le gilet qu'il y a un danger et qui provoquent l'ouverture de l'airbag.
Le système se compose de deux capteurs placés sur la moto. Le premier, sur la fourche est chargé de mesurer les accélérations ou décélérations trop brusques, sur tous les axes. C'est lui qui actionne le gonflage en cas de choc (avant, arrière ou latéral). Sous la selle, un capteur de la taille d'un dé, mesure en permanence l'angle de la moto. Dédié à la détection de perte de contrôle, il entre en action en cas de prise d'angle bien trop importante et rapide pour être volontaire (perte de l'adhérence sur une plaque de gasoil par exemple). Ces deux capteurs sont reliés à un émetteur. Situé idéalement sur le guidon, ce dernier envoie ses informations au gilet auquel il est électroniquement relié.

Un gonflage en moins d'un dixième de seconde

Gilet airbag moto et scooter BeringLors des JNMS, le cascadeur Dominique Julienne a fait la démonstration de l'efficacité du système mis au point par Bering. À 55 km/h, il a heurté une voiture arrêtée. Dès l'impact, la cartouche d'hélium pressurisée à 600 bars (!) a gonflé les 60 litres de l'airbag 18 litres de l'airbag en 80 millisecondes. Résultat : au moment de retomber sur le sol, le gilet est totalement gonflé et protège tout le dos, la nuque et le thorax. Les photos de la galerie seront certainement plus parlantes (vidéo à venir). Le gilet reste totalement gonflé pendant 6 secondes et se dégonfle ensuite lentement, pour rester protecteur pendant une éventuelle longue glisse.
Plus pratique que les systèmes à câble, le gilet du groupe Holding Trophy demande toutefois à être installé par un technicien spécialisé car les capteurs et le gilet doivent être appairés. Cette prestation est incluse dans le prix du gilet airbag Bering.

Et c'est là que Bering frappe fort. Alors que les gilets sont affichés à des tarifs oscillant entre 300 et 400 €, Bering affiche son airbag à 490 €, installation des capteurs comprise, avec une fiabilité garantie sur 15 ans. C'est à confirmer, mais certaines compagnies d'assurances telles que Club14 et la MACIF devraient subventionner l'achat de ce gilet. Le seul souci qu'on peut noter en attendant l'essai (à venir ...) vient paradoxalement du fonctionnement sans fil : il faudra de temps en temps changer les piles du gilet pour qu'il puisse continuer à recevoir les informations des capteurs. Hormis ça, c'est un nouveau pas dans la protection passive du motard, un principe dont on ne peut que se féliciter.

Le gilet présenté en photo dynamique était le prototype. Avec 60 litres et 2 générateurs de gaz, il était très lourd (4 500 grammes). Pour des raisons de praticité pour le client, Trophy a modifié le gilet pour arriver à une protection équivalente avec un volume de 18 litres et un poids de 1 700 grammes.

Photos : Bering, Julie Lenoble et Isabelle Bouzard

Présentation publiée le lundi 26 avril 2010 par Ludovic Vidal
Dernière modification le mercredi 09 avril 2014

Vos commentaires