Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Gilet airbag Merlin Universal airbag

Présentation

Merlin propose un airbag moto "universel" et annonce des performances de premier ordre. Souci : les arguments avancés prennent quelques libertés avec la norme et laissent croire que la protection est totale. Présentation d'un airbag qui n'a rien d'enchanteur.

Dorsale gonflable moto et scooter Merlin Universal Airbag : Attention, ce n'est pas un airbagQuand un fabricant met sur le marché un produit, il en parle en disant que celui-ci est formidable et surpasse tout ce qui existe. C'est le jeu du marketing, quel que soit le domaine. S'il est courant et acceptable d'enjoliver un peu les faits, le faire sur les capacités de protection d'un équipement destiné aux motards nous dérange bien plus. Plusieurs lecteurs nous ont récemment demandé ce que nous pensions d'un airbag moto qui semblait intéressant, distribué par la marque Merlin. Voici pourquoi il ne faut pas acquérir cet "airbag universel" de Merlin en pensaant acheter un gilet airbag au sens où la majorité des motards le comprend. En effet, ce si Merlin indique vendre « le premier airbag moto homologué EN 1621-4 de niveau 2 », il ne protège que le dos.

Merlin Universal Airbag : Plus une dorsale qu'un airbag

Dorsale gonflable moto et scooter Merlin Universal Airbag : Attention, ce n'est pas un airbagL'airbag Merlin se présente sous la forme d'un sac à dos à porter par dessus son blouson et relié par un câble à la moto. Le volume annoncé est de 15 litres qu'une cartouche de CO2 se charge de gonfler en 80 ms d'après le fabricant (mais sans indiquer comment est certifiée cette durée), en offrant une protection allant de la nuque au coccyx. Et c'est le premier souci : présenté comme un "airbag", il s'agit en fait d'une dorsale gonflable. Si le concept avait été tenté par Motoairbag il y a un peu plus de 8 ans, un "airbag moto" se doit dorénavant de protéger le thorax et l'abdomen. En jouant sur les mots, Merlin laisse entendre que cette zone est protégée ce qui n'est pas le cas. 

Une très libre interprétation des normes

Dorsale gonflable moto et scooter Merlin Universal Airbag : Attention, ce n'est pas un airbagLa firme anglaise annonce une confirmité EN 1621-4 de niveau 2 et une efficacité 6,5 fois supérieure aux dorsales de niveau 2. Nous nous devons d'apporter des corrections, sinon des précisions utiles.
La protection d'un airbag (on mesure l'absorption sur une surface) est très différente de celle d'une dorsale (on mesure l'absorption sur un point). C'est d'ailleurs pour ça que la majorité des gilets airbags embarquent une dorsale, pour offrir les deux protections, ce qui n'est ici pas le cas. Enfin, Merlin déclare que son Universal Airbag, qui transmet 1,4 kN de manière surfacique est 6 fois plus efficace qu'une dorsale de niveau 2. C'est vrai, la norme EN 1621-2 de niveau 2 exigeant une transmission de 9 kN. Mais certaines dorsales conventionnelles vont bien au delà de ce que demande la norme ; à l'image de la Knox Meta-Sys déjà présentée qui ne transmet que 3 kN (en non surfacique donc) et pour un tarif bien inférieur.

Merlin vend donc près de 500 € (473 € exactement) une dorsale gonflable à taille unique (!) et à déclenchement mécanique, avec un temps de détection qui est par essence impossible à mesurer comme nous l'a confirmé le laboratoire de certification CRITT. Pour le même tarif, il existe des gilets airbags qui méritent cette appellation et protègent réellement en cas de choc frontal. On rappellera que quand on se fait couper la priorité, il est exceptionnel d'être debout sur les repose-pieds, prêt à faire un salto par dessus la moto sans rien heurter pour ne tomber que sur le dos.

Pour un tarif très proche, préférez donc l'un des airbags suivants car, en l'état, le discours de Merlin frôle le "moquage de casque" (pour être poli…) :
Allshot Shield
Bering C-Protect Air
Helite Airnest

Dorsale gonflable moto et scooter Merlin Universal Airbag : Attention, ce n'est pas un airbag

Présentation publiée le mardi 30 janvier 2018 par Ludovic Vidal

Vos commentaires