Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Intercom ChatterBox XBi 2

Présentation

ChatterBox fait son entrée en Europe sur le terrain des intercoms moto. Avec le XBi 2, la firme américaine espère séduire face à une concurrence féroce et établie. Les caractéristiques du ChatterBox XBi 2 lui permettront-elles de lutter contre l'omniprésence de Cardo ?

Intercom moto et scooter ChatterBox XBi 2 : Les photosBasée en Californie, ChatterBox s'associe au fabricant de casques HJC pour investir l'Europe. Si vous n'avez de casques HJC, aucune crainte à avoir : le XBi 2, nom de l'intercom à présent disponible, s'adapte à tous les casques. Regardons de plus près cet intercom.

Un look et des caractéristiques classiques

Disponible en deux kits, selon que votre casque soit intégral ou jet, le XBi 2 se fixe par l'intermédiaire d'une pince, comme la plupart de ses concurrents. La technologie Bluetooth lui permet de restituer le son d'un téléphone, d'un baladeur MP3, d'un GPS ou d'un avertisseur de radar par exemple. De même, il autorise la discussion avec un autre intercom. De pilote à passager, ou de pilote à pilote, la portée annoncée par ChatterBox est de 500 mètres, avec la possibilité de converser à trois.
Des caractéristiques qu'on retrouve également sur les autres intercoms du marché, comme le Cardo Scala Rider G4 ou le Cellular Line F4, affichés à des tarifs proches du XBi 2. Pourvu comme eux d'un système de réduction de bruits selon la vitesse et avec une autonomie théorique de 6 à 8 heures, le XBi 2 aura sans doute fort à faire pour s'imposer.

Le prix comme meilleur atout ?

Affiché à 199 € pièce, le ChatterBox XBi 2 se trouve finalement presque au même prix que le F4 ou le G4. Surtout si l'on souhaite en acheter deux, car là, le Cellular Line F4 devient bien moins onéreux. De son côté, le G4 — techniquement supérieur sur le papier — connaît un succès impressionnant depuis sa commercialisation pour quelques euros de plus. Il sera sans doute difficile pour ChatterBox de séduire le public. À moins que son essai ne nous révèle un très bonne surprise, ce dont nous vous tiendrons bien entendu informés.

Présentation publiée le jeudi 14 octobre 2010 par Ludovic Vidal

Vos commentaires