Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Un intercom ? Une caméra ? Chez Sena, le 10C fait les deux, afin de simplifier le quotidien des adeptes du vlog ou de permettre de multiplier les usages avec un seul accessoire sur le casque. Mais dans les faits, ça donne quoi ? Nous l'avons testé pour le savoir.

Intercom et caméra moto Sena 10C« Un intercom qui fait des vidéos ? Le rêve de tout motovlogger ! » Voici ce qu'on a pensé en recevant le Sena 10C. Fini les casques surchargés avec un intercom, une caméra qui dépasse souvent beaucoup trop et un micro, ici, c'est du tout-en-un. Mais la méfiance était de mise, les appareils qui font trop de choses ayant tendance à n'exceller nulle part. Nous avons donc testé cet intercom pour voir ce Sena 10C tenait du gadget ou de la bonne idée.

Installation facile mais application mobile trop simpliste

Intercom et caméra moto Sena 10CLa première étape est l'installation et en 5 à 10 minutes (en fonction du nombre de mains gauches que vous avez), c'est plié. Tout se fait très facilement, et on peut même choisir entre micro sur tige rigide — pour casque jet et modulable — ou avec fil — pour casque intégral. Pour régler l'angle de la caméra, on a la possibilité de jouer sur deux axes : un sur la fixation de la caméra et l'autre directement sur la lentille afin de conserver un horizon… horizontal. C'est un bon point car la position sur la moto peut changer si vous avez une sportive ou un trail. On est presque prêt à aller filmer ses balades mais avant ça, il est possible de télécharger l'application et connecter le téléphone. L'appairage se fait rapidement et l'application permet de régler votre caméra-intercom facilement ou d'avoir le mode d'emploi à portée de main. Et c'est tout. Petite déception, car il aurait été bien utile d'avoir un aperçu du champ de vision voire de récupérer directement photos et vidéos sur le téléphone. On ne peut donc pas s'affranchir d'un ordinateur ; dommage quand on veut partir en week-end et qu'on a envie de voyager léger. Peut-être dans une prochaine mise à jour ?

Un intercom simple d'utilisation, une radio décevante

Intercom et caméra moto Sena 10CUne fois le mode d'emploi assimilé, la manipulation se fait aisément avec des gants. Que ce soit pour changer de chanson ou répondre au téléphone, la grosse molette et les deux boutons sont accessibles sans lâcher le guidon trop longtemps. Et Sena a eu la bonne idée de mettre un retour vocal sur certaines actions, ce qui permet de savoir si la manipulation effectuée est prise en compte. Par contre, nous n'avons pas trouvé sur la notice mention des mots clefs pour déclencher les actions à la voix. Et malgré de nombreux essais sous le casque, aucun n'a été trouvé. C'est dommage car il est toujours mieux de ne pas lâcher le guidon. Le niveau sonore est bon, même s'il peut manquer un peu de puissance si vous roulez en roadster avec un casque bruyant, surtout sur autoroute allemande. Pour les mélomanes, le son sature un peu quand on pousse le volume dans ses derniers retranchements mais c'est un détail car la pratique de la moto n'est pas le meilleur moment pour apprécier à sa juste valeur votre album préféré. La radio est décevante avec une réception de mauvaise qualité. Impossible de suivre tranquillement une émission sans avoir droit à des parasites, ce qui force à se concentrer sur la radio plutôt que de garder toute son attention sur la route avec la radio en simple fond sonore, au détriment de la sécurité. Notons qu'il est possible de téléphoner avec l'intercom et que le correspondant vous comprendra facilement. Cependant, même si la conscience professionnelle nous a poussé à tester cette option, il est préférable de n'utiliser cette fonctionnalité que pour décrocher et vite se garer.

Des vidéos de qualité … en Full HD

Intercom et caméra moto Sena 10CLe déclenchement est rapide mais nécessite deux actions : d'abord allumer la caméra et ensuite lancer l'action souhaitée. En effet, il est possible de filmer et de faire des photos en rafales, mais Sena propose deux modes intéressants: l'enregistrement continu et le référencement. Le mode continu écrit tant qu'il y a de la place sur la carte mémoire au format micro SD et écrase les fichiers les plus anciens lorsqu'il n'y a plus de place. Le dernier mode, référencement, enregistre en continu mais ne sauvegarde que si appuyez sur un bouton. Fini les heures de rushs à regarder une fois rentré a la maison, vous n'aurez qu'à déclencher ce mode juste après un passage marquant, et vous conserverez la minute de vidéo qui vient de s'écouler. Mais il reste à voir le côté le plus important d'une caméra : la qualité.
Les deux modes disponibles sont bien évidemment le 720 avec 60 fps et le 1080 en 30 fps. Le 720 permet d'avoir plus d'images par seconde et permet en particulier de faire des ralentis de vos exploits. Mais l'image manque de netteté et les couleurs sont un peu fades (voir la vidéo).  De plus, si les transitions se font correctement  de l'ombre à la lumière,  une image comportant les deux va se retrouver pixellisée. Ce qui est assez fréquent en été.
Le 1080 est quant à lui de bonne qualité, même si les zones d'ombre pourraient s'avérer plus nettes. Vu que la caméra est sur le casque, il n'y a pas (trop) de soucis de vibrations, le corps jouant le rôle d'amortisseur (voir la vidéo ici et en fin d'article). On pourra juste reprocher des soucis de rendu lorsqu'on a le soleil en face, les grandes zones — comme le ciel — ayant alors un rendu étrange avec des carrés, comme avec la majorité des caméras du marché.

Cerise sur le gâteau, et c'est assurément là le point fort du modèle 10C : le système permet d'avoir à la fois une voix claire, sans le bruit du vent, pour vos commentaires mais aussi pour les bruits de moteur, il ne restera plus qu'à rajouter une musique pour avoir une vidéo au top. Quant aux photos, pas de surprise, on retrouve les mêmes défauts que sur la vidéo, avec un mode 720 peu flatteur, et une bonne qualité en 1080.
Question autonomie, notre intercom/caméra a tenu pendant 2 h 15 en mode vidéo (moitié en 720, moitié en 1080), soit une journée de balade en arrêtant le 10C lors des passages inintéressants, en ville ou en zone industrielle. On dépasse un peu l'autonomie annoncée par le constructeur et surtout on dépasse l'autonomie des caméras sport.

Sena a tenté un pari osé avec le 10C : faire un outil polyvalent. Et ce pari est réussi. Certes, le résultat n'est pas parfait et quelques détails mériteraient que le 10C voie le jour sous une deuxième version. Mais avec une qualité d'image en 1080 tout à faire acceptable, une utilisation facile et une autonomie plus que correcte (même en mode vidéo) cet intercom/caméra pose les bases d'une nouvelle gamme de produits, à un tarif finalement correct (399 €) par rapport à des éléments séparés.
Si vous désirez vous lancer dans la motovlog ou juste filmer vos balades tout en écoutant de la musique et en commentant les trajectoires de vos amis sans devoir ajouter un micro externe, le Sena 10C devient un investissement rentable.

Essai publié le vendredi 30 septembre 2016 par Xavier Lebreton

Les plus

Ergonomie
Le retour audio sur les actions
La qualité sonore des vidéos
Qualité vidéo en 1080
L'autonomie en mode caméra

Les moins

Appli mobile un peu pauvre
Commandes vocales introuvables
Mauvaise qualité de radio
Qualité vidéo en 720

Vos commentaires