Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Pantalon Spidi Superstorm

Présentation

Rouler protégé ou arriver en costume au bureau ? Fin du choix cornélien ! Spidi propose le Superstorm, un surpantalon disposant de longs zips permettant d'être mis et retiré très rapidement. Étanche et chaud, il devrait ravir les motards et scootéristes urbains. Parfait ? Presque ...

Chez Spidi, le Superstorm arrive pour épauler la veste Motocombat, en cuir ou en textile. Mais ce surpantalon a de nombreux atouts, qui pourraient bien séduire tous ceux qui cherchent à rouler en étant protégés sans devoir arriver au travail en tenue de motard.

Spidi Superstorm : (sur)Pantalon étanche à grands zips

La question est récurrente chez nos lecteurs urbains : quand on doit arriver au travail en costume, comment faire pour rester protéger quand on est au guidon ? En effet, si les vestes couvrent correctement le haut du corps, la protection des jambes devient vite problématique. Spidi a fini par répondre à ces demandes, en proposant le Superstorm.
Ce surpantalon textile est composé de Tenax et de Poluyréthane. Sa double fixe H2Out, propre à la marque et testée avec succès sur la veste Ergo 365 Pro Expedition, assure l'étanchéité sans bloquer l'évacuation de la transpiration. Pour contrer les petits et grands froids, Spidi a placé une doublure ouatée, qui devrait faire effet jusqu'à la mi-saison.

Afin de faciliter son utilisation, surtout quand on doit le quitter, le Superstorm est équipé de deux longs zips qui courent de la taille (réglable par velcro) aux chevilles. Ainsi, pas besoin de se contorsionner et d'enlever ses chaussures avant d'arriver au bureau. bravo Spidi ! Le tableau aurait été parfait si les coques homologuées pour les genoux avaient été fournies de série. Il faudra ici rajouter 42,90 € pour ajouter les Z131 de la marque afin de rouler protégé des intempéries et glissades mais aussi des chocs. Comptez 99,90 € et des tailles allant du M au 3XL.

Présentation publiée le vendredi 13 janvier 2012 par Ludovic Vidal

Vos commentaires