Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Comment savoir ce que valent sur la piste des pneus super sportifs homologués route et destinés aux gentlemen riders qui chassent le chrono tout en voulant se faire plaisir ? En demandant leur ressenti à deux amateurs éclairés qui préparent une course d'endurance.

Pneu moto sport racing Avon 3D Ultra Xtreme« Avon ? Mais ce n'est pas une marque de pneu, c'est une marque de savon. » Voici le type de remarques auquel nous avons eu droit lorsque nous avons annoncé que nous allions tester le 3D Ultra Xtreme. Il est vrai que les réputations ont la peau dure, et que celle d'Avon n'était pas bonne. Mais à l'époque nous ne faisions pas de moto, alors on ne va pas s'arrêter à de telles considérations. Surtout que la marque se vante d'un renouveau, validé par les tests du 3D Ultra Sport et du 3D X-M, et que son pneu serait l'arme idéale pour les gentlemen riders : ces pilotes amateurs qui n'hésitent pas à écumer les circuits. Vérifions cela…

Avon 3D Ultra Xtreme : Pour la piste (beaucoup) et (un peu) la route

Pneu moto sport racing Avon 3D Ultra XtremePour le test, on n'a pas fait les choses à moitié, mais plutôt en double. Deux pilotes, deux motos mais aussi deux circuits : Le Luc et le Circuit de Bresse. On a même poussé le vice (ou la malchance) à tester dans plusieurs conditions climatiques : du très beau au très trempé. Au final, plus de 500 km de circuit. Par contre, nous n'avons pas pu tester ces pneus sur route : s'ils sont homologués pour la route, nos motos ne le sont pas et la vocation de ces gommes n'est pas les trajets boulot/dodo, mais les trajets chronos. Mettons fin au suspense : à l'image de la majorité des pneus de cette catégorie, ils ne sont pas faits pour une piste détrempée. Leurs sculptures n'évacuent pas suffisamment l'eau et l'adhérence devient alors précaire, même si on peut toujours tourner la poignée dans le bon sens une fois la moto droite. Ce petit passage au Luc ne nous aura donc permis que de mettre en avant des évidences. Un tel pneu se teste surtout sur le sec. Alors, on a quitté le Sud et sa pluie pour le Nord et son beau temps et on a passé deux jours à les torturer sur le tracé du Circuit de Bresse. Celui-ci alterne une portion rapide et une portion sinueuse avec de rapides enchaînements de virages. De quoi bien voir les qualités et les défauts d'un pneu.

Dur à prendre en défaut

Pneu moto sport racing Avon 3D Ultra XtremeLe circuit de Bresse comporte deux lignes droites, et en ligne droite on accélère (fort, on a des 1 000 cm³). Là, aucun souci de motricité : le pneu arrière en 190 (plus grande dimension possible) passe bien au sol les 178 chevaux des CBR1000RR. Au bout de la ligne droite, il faut freiner. En bons poireaux que nous sommes, nous freinons encore plus fort que nous n'accélérons. Et la moto ne bronche pas. Le pneu avant encaisse très bien la charge et jamais nous n'avons pu le prendre en défaut. La bande de roulement centrale est donc bonne, à l'avant comme à l'arrière, mais comme nous n'aimons pas gâcher, on a aussi testé les bords. La mise sur l'angle se fait correctement et permet de bien inscrire la moto en virage. Par contre le profil du pneu — très pointu — peut donner l'impression que la moto tombe sur l'angle max. Un peu surprenant mais on s'y habitue. De même, les changements d'angle vifs, dans une chicane par exemple, sont intuitifs. Malgré le poids de nos motos avec leurs réservoirs endurance, il n'y avait pas de souci pour jeter la moto de gauche à droite. Puis vient le moment de remettre du gaz et de s'extraire du virage. Dans cette phase, le pneu accepte sans souci de passer la puissance au sol, sans glisse. Enfin, pas tout à fait. En fin de vie, le pneu arrière a tendance à glisser un peu à la remise des gaz. Mais rien de dramatique car cette glisse reste très progressive et en humbles amateurs, nous arrivons à la contrôler. Pas de frayeur, le pneu vous rappelle gentiment qu'il n'est plus tout jeune.

Pneu moto sport racing Avon 3D Ultra Xtreme - Photo : Mika RouxAlors, pour la dernière session de la journée, une petite d'à peine une heure non stop, nous avons décidé de passer en balles neuves, et surtout de passer l'avant en supersoft. On a enchaîné les tours, n'hésitant pas à martyriser les pneus, la machine et même les pilotes. Et on a trouvé un comportement légèrement meilleur encore. L'avant semble vraiment rivé au sol. Et malgré 40 tours, nous n'avons jamais mis les pneus en défaut. Ils nous ont même permis d'améliorer encore le chrono en fin de session !
Ces pneus semblent faire un sans-faute, et le seul point négatif que nous avons trouvé est qu'ils n'existent pas en 200 de large. Cela peut en freiner certains, surtout ceux possédant des machines dépassant les 200 chevaux.

Au final, ces pneus ont rempli leurs promesses et nous ont permis de nous faire plaisir pendant près de trois journées de roulage. Peut-être y a-t-il des pneus dont la marque semble plus "prestigieuse" ou dont les performances sont un peu supérieures pour des pilotes capables d'aligner des chonos de MotoGP. Mais si vous êtes un amateur, au sens noble du terme, ces Avon 3D Ultra Xtreme sont une option à considérer. Pour leur comportement sur piste sèche mais aussi parce que, à prestations équivalentes (à notre niveau), ils sont un peu moins chers que les concurrents. Pas de grand chose, mais au moins de quoi faire un plein. Et quand on sait combien de pneus on peut passer sur une saison …

De notre côté, nous avons même décidé de les utiliser pour notre première course d'endurance et ainsi confirmer nos impressions.

Pneu moto sport racing Avon 3D Ultra Xtreme

Essai publié le lundi 04 juillet 2016 par Xavier Lebreton

Les plus

Usure régulière
Retour d'informations au guidon
Tarif

Les moins

Non disponible en 200 pour l'arrière
Manque d'image

Vos commentaires