Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Développé pour installer Bridgestone sur un segment dont il était encore absent, le pneu Battlax A40 est le premier radial routier pour maxi-trail du manufacturier nippon. Que vaut-il à l'épreuve du bitume et les promesses marketing sont-elles validées ? En route !

Pneu moto trail et maxi-trail Bridgestone A40Pneu trail, le A40 n'est plus dans la famille BW mais Battlax. Cela implique qu'il s'agit là d'un pneu réellement routier pour Bridgestone, qui tient à souligner le saut technologique avec cette génération. Le Adventure A40 remplace d'ailleurs un BattleWing qui datait de 2005. Autant dire une éternité dans un monde où les pneus sont renouvelés tous les trois ans et où la concurrence devient très sévère. Que penser de ce pneu radial destiné aux (maxi-)trails, taillé pour la route mais qui reste ponctuellement utilisable sur les pistes roulantes ? En (haute) selle !

Pneu Bridgestone Battlax A40 : Trail ou roadster ?

Pneu moto trail et maxi-trail Bridgestone A40Avec le A40, l'ambition de Bridgestone est de revenir sur le marché des pneus routiers pour maxi-trails. Un secteur pour le moment squatté par ses concurrents — Michelin avec le Anakee III ou Dunlop avec le TrailSmart — et sur lequel le Japonais aimerait apparemment revenir en force. Pour cela, le manufacturier propose un pneu trail qui, d'après sa fiche technique, ressemble énormément à un T30 Evo modifié pour s'adapter aux particularités des trails. Lors de sa présentation officielle dans le sud du Portugal, nous avons testé le A40 sur différentes motos : Honda CrossTourer 1200, Suzuki DL V-Strom (650 et 1000), Triumph Tiger 800 XRx et Yamaha XTZ 1200 Super Ténéré. Que ce soit lors des prises de virage ou des relances, le A40 a la particularité de rendre les maxi-trails vraiment joueurs. Ils ne deviennent pas "vifs" au sens "imprévisibles" mais Bridgestone parvient ici à concilier la neutralité et la progressivité bienvenues sur des motos de ce gabarit avec la légèreté habituellement rencontrée sur les machines plus sportives. Lors des relances, aucune amorce de flottement n'était à déplorer, que ce soit sur le pneu ou l'arrière, tous deux en monogomme, les larges pavés rigidifiant l'ensemble. L'adhérence et la stabilité promises sur le sec sont bel et bien là. En revanche, avec un thermomètre oscillant entre 25 et 30 °C sous un grand soleil, nous ne saurons pas ce que valent les A40 sous la pluie alors que Bridgestone annonce une traction et une adhérence améliorées (+ 7%) par rapport au BW.

Les passages sur piste restent possibles

Pneu moto trail et maxi-trail Bridgestone A40S'il est illusoire d'envisager des excursions de type rallye-raid avec le A40, nous avons tenté une incursion sur une piste relativement roulante ; avec succès. Notre équipement routier a difficilement supporté la poussière soulevée par les premiers pilotes mais le Battlax A40 a alors mérité son petit nom de Adventure. Le guidage reste précis, de la DL 650 dont le poids et l'équilibre général ont ici fait des merveilles à l'hippopotamesque CrossTourer. Mais c'est assurément sur le bitume que le A40 s'exprime et s'exploite pleinement. Nous n'avons pas pu tester la BMW R 1200 GS (moteur refroidi par air) pour cause de hauteur de selle incompatible avec la longueur des jambes de l'essayeur mais lors de portions routières, les autres machines se sont comportées comme de (gros) roadsters, hormis la SuperTé*. De quoi (re)découvrir ces motos, notamment si vous trouvez parfois votre trail un peu flou en courbe rapide ou trop imprécis sur les freinages, deux points sur lesquels ce A40 nous a agréablement surpris.

Bridgestone livre ici un pneu radial capable de transformer un trail un peu pataud en roadster haut perché. Nous ne pouvons malheureusement pas confirmer sa tenue sur sol mouillé (les commentaires vous attendent à ce sujet) ou sa tenue dans le temps mais ce premier contact nous laisse une impression réellement positive malgré nos appréhensions initiales. À propos de la longévité, Bridgestone annonce environ 20 % de mieux que le BattleWing. Pour un prix strictement identique, ce qui est une bonne nouvelle. À noter que si le A40 n'existe pour le moment que dans les dimensions les plus représentatives, des tailles différentes s'ajouteront au catalogue dans la seconde moitié de 2015.

Équipement porté durant cet essai : casque Arai Quantum-ST Pro, blouson Macna Redox, pantalon Triumph Héritage, bottes TCX X-Five Evo GTX

* boîte d'une rare imprécision, moteur fade, freinage au ressenti aléatoire, la XTZ 1200 de notre essai souffrait peut-être d'une série de défauts mais le résultat est là : son comportement général était si insipide qu'aucun journaliste ne souhaitait le rouler.

Essai publié le jeudi 30 avril 2015 par Ludovic Vidal

Les plus

comportement (très) joueur
maniabilité
rassurant

Les moins

tenue sur le mouillé à confirmer

Vos commentaires