Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Le RoadSmart III est-il vraiment la révolution du pneu Sport-Tourisme annoncée par Dunlop ? Après l'avoir essayé au guidon de plusieurs motos sur les petites routes, sur piste et sur un tapis d'eau, il nous faut reconnaître qu'il représente une nouvelle étape dans la catégorie.

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIILe motard européen évolue. S'il roule en moyenne assez peu (moins de 5 000 km par an en France), il y en a qui continuent à avaler les kilomètres. Et pour ceux-ci, les pneus de tourisme ont eux aussi évolué, pouvant durer plusieurs milliers de bornes mais se montrant plus sportifs, bien plus prompts à monter en température et de plus en plus efficaces sous la pluie. Sur le plan technique, nous savions presque tout du Dunlop RoadSmart III (voir sa présentation) mais son essai nous prouve qu'un cap a été franchi. Le pneu couteau suisse ? Quasiment.

Dunlop RoadSmart III : Neutre et facile

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIIIl aura fallu 31 mois à Dunlop pour mettre au point son petit dernier, dont 22 mois pour les seuls mélanges de gomme. La marque visait deux objectifs principaux : augmenter le kilométrage sans réduire le grip par temps sec et offrir à la fois neutralité et facilité quelle que soit la monture. Autant dire qu'entre une Yamaha MT-07, une Suzuki 1000 V-Strom et une BMW K 1600 GT, la promesse semble assez gonflée. Pour tester la capacité du RoadSmart III à rendre la balade facile même au guidon de la plus lourde des motos du plateau, nous avons justement choisi le 6 cylindres BMW pour le début du test dans l'arrière-pays héraultais. Alors que le thermomètre n'affichait pas plus de 10°, il aura suffi de moins de 5 kilomètres pour que le RoadSmart III mette en confiance pour nous extirper du trafic depuis le centre d'essais Dunlop à Mireval. Si l'on n'atteint pas encore celle des Avon 3D X-M, il faudra être difficile pour critiquer une telle facilité à atteindre la température de fonctionnement idéale (environ 20°C au lieu des 50°C du RoadSmart II).

Un pneu au comportement prévisible

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIISur les petites routes qui n'avaient pas encore séché du déluge de la veille, l'appréhension venait bien plus des 320 kg de la Teutonne qu'il fallait freiner que de la manière dont le pneu permettait d'inscrire la moto sur l'angle. Le profil avant plus pointu que sur le RoadSmart II révélait ici son potentiel, sans toutefois donner l'impression de faire "tomber" la moto comme cela peut être le cas quand le pneu avant perd sa rondeur. Une rondeur qu'on retrouve en tout cas à l'arrière pour, d'après Dunlop, réduire les efforts nécessaires au guidon. Nous y reviendrons en fin d'article mais le résultat sur route est bien là : les motos testées (Yamaha MT-07, BMW R 1200 RT et K 1600 GT, Kawasaki Versys 650) se montrent à la fois agiles, faciles et neutres en courbe, sans se relever ni accentuer le virage. On constate ici l'intérêt d'utiliser deux pneus faits pour travailler ensemble même s'il reste possible de mélanger les marques et les modèles sur une même moto. L'avant rend la moto agile quand l'arrière stabilise l'ensemble. Bien entendu, les imposantes GT ne deviennent pas des roadsters de moyenne cylindrée une fois chaussées des RoadSmart III mais on a parfois l'impression de rouler avec des pneus au profil sportif, les machines ne demandant aucun effort particulier. Elles s'emmènent en courbe sans devoir forcer sur les repose-pieds ou basculer le buste comme cela peut parfois être le cas avec des pneus de tourisme misant sur la stabilité en ligne droite ou en courbe.

Du mouillé ? Où ça ?

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIIAvec une route oscillant, parfois dans le même virage, entre le sec et le franchement trempé, le RoadSmart III nous a permis de ne pas modifier l'allure ni relever la moto. Le passage dans les flaques se faisant sans amorce de flottement dans la direction ou de glisse de l'arrière. Les sculptures iGT (interconnected groove tread) parviennent donc bien à évacuer l'eau immédiatement. Une caractéristique qui sera encore plus mise en avant l'après-midi, sur la piste d'essai à hauteur d'eau contrôlée. Avec un film d'eau constant de presque 8 millimètres — correspondant au genre d'orage qui force habituellement les motards à chercher d'urgence un abri — cette piste qui reflète le soleil tel un miroir incite à la prudence. Sur les GSR 750 équipées des Dunlop, une fois la barrière psychologique franchie, on se surprend à retarder ses freinages et à passer les enchaînements de courbes "rapides" à près de 100 km/h. Les concurrents disponibles (Pilot Road 4 et Angel GT) n'auront pas permis de rouler aussi sereinement, notamment le Michelin qui, sur les changements d'angles se montre moins rapide pour évacuer l'eau et fait flotter la moto. Seuls les Pirelli approchent ici les Dunlop mais peinent à garder leur motricité quand on accélère à fond (et bien droit…) en sortant de l'épingle. On ne roulera pas sous le déluge comme on roule sous le soleil mais dans de telles conditions, vous atteindrez assurément vos limites avant celle des Dunlop.

Une longévité bluffante si elle se confirme

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIIÀ chaque nouvelle génération de pneu, les manufacturiers promettent qu'ils ont trouvé la recette miracle pour apporter un meilleur grip, disponible plus tôt, pour rendre la moto plus agile tout en pouvant avaler plus de bornes … que leur pneu des années précédentes. Si Dunlop n'échappe pas à la règle avec ce RoadSmart III, la marque anglaise a surtout mis en avant sa supériorité face à la concurrence actuelle puisque l'organisme allemand Motorrad Test Center a certifié une longévité supérieure de 20 à 82 % par rapport aux derniers pneus de Michelin, Bridgestone ou Pirelli/Metzeler. Effectués sur les très abrasives routes du sud de l'Espagne et avec une FJR 1300 connue pour martyriser son pneu avant, ces tests indépendants ont démontré la capacité des RoadSmart III à conserver leurs capacités bien plus longtemps que les concurrents. En moyenne, le RoadSmart III serait 20 % plus endurant à l'arrière. Un score qui atteint 80 % à l'avant sur cette moto mais qui, d'après Dunlop, est plus proche des 40 % sur le reste de la production. C'est en tout cas un score impressionnant. La cause ? Les nouveaux mélanges de gomme et les nano-polymères utilisés par Dunlop permettent, au niveau microscopique, d'avoir plus de gomme en contact avec le sol. À la clé, une pression mieux répartie, moins de points d'échauffement, un meilleur grip et moins d'arrachement de matière.
Dunlop insiste d'ailleurs sur un point qui devrait ravir les motards qui n'aiment pas devoir changer de pneu pour cause de vibrations alors que le témoin d'usure est encore loin : l'absence d'usure en escalier pour ses RoadSmart III.

Pas ridicule en usage vraiment sportif

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIISi le RoadSmart III n'a pas du tout vocation à aller sur circuit, Dunlop nous a tout de même mis trois BMW à disposition pour montrer qu'il pouvait encaisser un rythme soutenu et quelques freinages appuyés. Des conditions qu'on ne rencontrera jamais sur route mais c'est l'occasion de prouver que dans l'appellation Sport-Tourisme, le premier mot n'est pas usurpé. Et il faut reconnaître que le Dunlop RS3 se tire de cette épreuve avec les honneurs. Sur une R 1200 R, une S 1000 XR ou une R 1200 GS plus habituée aux pistes qu'à la piste, il y a largement de quoi s'amuser. Bien entendu, pour aller taquiner le chrono chaque week-end, il faudra passer à autre chose. Mais avec une seule alerte, au bout de 4 tours sur une R 1200 GS dont l'arrière commençait à gentiment glisser, il est évident que les utilisateurs du RoadSmart III pourront s'amuser sur route ouverte sans avoir d'inquiétude. À tel point que Dunlop propose deux dimensions en version SP pour les roadsters sportifs plus légers. Le pneu sport-tourisme peut-il réellement supplanter le pneu hypersport sur de telles motos en usage routier ? On pense que oui. D'ailleurs, depuis 2014, il se vend en France plus de pneus Sport-Tourisme que de pneus sportifs, plus exclusifs.

Un pneu moins fatiguant

Pneu moto sport route bigomme Dunlop RoadSmart IIIEnfin, nous avons pu comparer le RoadSmart III à son prédécesseur sur deux FJR 1300 2016 équipées de capteurs permettant de mesurer l'angle du guidon, l'angle de la moto, la vitesse ainsi que les efforts appliqués au guidon. Sur un parcours de type (gentil) gymkhana comportant un 8, un slalom, un cercle serré emprunté à 50 km/h, un grand cercle pris à 80 km/h et un évitement, le RS3 a confirmé sa plus grande neutralité et sa facilité lors des manœuvres rapides (comme l'évitement) ou à basse vitesse. Mais c'est surtout en regardant les données des capteurs que la différence est flagrante. Sur la carcasse, l'acier a été remplacé par de l'aramide (kevlar) sur la ceinture JLB. Moins lourd, cela réduit notablement l'effet gyroscopique et donc la résistance de la roue à basculer sur l'angle. Conséquence immédiate : l'effort à appliquer au guidon est jusqu'à 9 fois plus faible avec le RoadSmart III. Si on ne le remarque pas forcément sur le moment, c'est sans nul doute l'assurance d'une fatigue moins importante à la fin d'une journée de roulage, même pour quelque chose semblant aussi anodin que maintenir le cap dans une longue courbe rapide.

De la ville avec les trajets maison-travail à la route pour de longues balades en passant par quelques virages pris en haussant le rythme, le tout sur des motos de moyenne cylindrée ou de (très) grosses routières, le Dunlop RoadSmart III doit théoriquement tout accepter sans broncher. Après avoir testé toutes les possibilités sur des terrains on ne peut plus variés, il faut reconnaître que Dunlop frappe ici très fort. Celui qui choisira ce pneu, disponible dans un nombre impressionnant de dimensions, pourra difficilement être déçu tant le RoadSmart III semble savoir tout faire sans jamais se montrer moyen.
Rassurant, stable, facile et endurant, Dunlop livre ici clairement un pneu que les motards vont regarder d'un très bon œil. Ce qui ne sera pas le cas de la concurrence.

D'après nos informations, le RoadSmart II et le RoadSmart restent au catalogue, en pneus de seconde et troisième ligne pour ceux qui n'auront pas le budget pour le petit dernier. En 120/70ZR17 et 180/55ZR17, il faudra compter environ 260 € pour un train de RoadSmart III, 230 € pour le RoadSmart II et 190 à 200 € pour la première génération.

À noter, si vous privilégiez les achats de produits fabriqués en France, que la majorité des RoadSmart III est fabriquée dans l'usine de Montluçon, voisine de nos bureaux.

Équipement porté durant cet essai : casque Shoei NXR, blouson Macna Redox, gants Furgan Fit-R et bottes TCX X-Five Plus Gore-Tex.

Les dimensions disponibles

Avant :
110/80 R 18 (57V)
110/80 R 19 (59V)
120/70 ZR 17 (58W)
120/70 ZR 18 (59W)
120/70 ZR 19 (60W)
130/70 ZR 17 (62W)

Arrière :
140/80 R 18 (67V)
150/70 R 17 (69V)
150/70 ZR 17 (69W)
160/60 ZR 17 (69W)
160/70 ZR 17 (73W)
170/60 ZR 17 (72W)
170/60 ZR 18 (73W)
180/55 ZR 17 (73W)
180/55 ZR 17 (73W) SP
190/50 ZR 17 (73W)
190/55 ZR 17 (75W)
190/55 ZR 17 (75W) SP

Crédits photos d'action et illustrations : Dunlop

Essai publié le lundi 21 mars 2016 par Ludovic Vidal Dernière modification le lundi 23 mai 2016

Les plus

Neutralité en usage normal
Ressenti et tenue sur le mouillé
Kilométrage promis par le MTC

Les moins

Durée de vie à confirmer tout de même
À part ça, on cherche …

Vos commentaires