Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Vous n'avez sans doute pas manqué le lancement officiel de la nouvelle gamme de pneus enduro Michelin lors des 92e ISDE, si ? En fait ce n'est pas grave, ce qui m'intéresse pour L'Équipement.fr, c'est de tester, de tester et de tester !

Pneu tout-terrain Michelin EnduroJe vous rappelle quand même un peu de quoi il s'agit. Michelin, 1er fabricant de pneus au monde,  111 700 salariés, 187 millions de pneus vendus chaque année et un petit 20,9 milliards de CA. Dans tout ça, à hauteur de peut-être 0,01% de la production (chiffre totalement à la louche de ma part !) nous avons la gamme off-road, et en ce qui nous intéresse aujourd'hui, la gamme Enduro. La dernière évolution dans le domaine de la part de Bibendum date d'il y a pas mal d'années déjà, il s'agissait de la sortie de l'Enduro 6. Pour rappel la gamme actuelle, qui va rapidement devenir l'ancienne, est composée de nombreuses références : Enduro 3, Enduro 4, Enduro 6, MS… Pas toujours facile de s'y retrouver, notamment quand on pratique l'enduro une fois tous les 36 du mois, et que changer ses pneus est l'évènement de l'année ! Les compétiteurs, eux, s'y retrouvent bien plus facilement et peuvent piocher à leur guise, selon les conditions du terrain, dans ce petit éventail de pneus. Bref, tout ça c'est fini les gars !

Un choix de gommes volontairement réduit

Pneu tout-terrain Michelin EnduroMichelin a revu totalement sa gamme et ne distribuera aujourd'hui qu'une gamme, baptisée tout simplement ENDURO. Dans cette gamme, une seule référence de pneu pour l'arrière (Medium) et deux à l'avant (Hard et Medium). Et c'est tout ! Comme l'indiquait la présentation, différentes tailles sont en revanche disponibles et à retrouver ici. Pour faire simple et rester ainsi dans la logique de Michelin, la gamme Medium est destinée à tous les types de terrains. Du sol gras et herbeux, donc bien glissant, au sol caillouteux en passant par la terre "classique" ou encore le sable. Seule exception, le pneu avant hard qui est destiné aux sols durs et compacts ainsi qu'aux cailloux. Notez que le dessin des avants Hard et Medium n'est pas le même. La question que l'on se pose logiquement, c'est pourquoi avoir 2 gommes différentes à l'avant et une seule à l'arrière ? À mon avis, il faut creuser du côté de la longévité du pneu. En effet, si le problème ne se pose pas pour l'arrière, où les crampons sont plus gros, en cas de composante de gomme trop souple à l'avant, les crampons extérieurs, ceux que certains appellent improprement les « tétines sur les côtés », s'arrachent à vitesse grand V. Michelin a connu ce problème avec l'Enduro 5 avant, qui faisait merveille dans le gras, mais qui voyait tous ses crampons extérieurs s'arracher de peur à la moindre pierre. Problème en partie résolu d'ailleurs avec l'Enduro 6. Comme l'avant, je ne vous l'apprends pas, est plus important que l'arrière à moto pour éviter d'aller embrasser le sol, Michelin a sans doute voulu jouer la carte de la sécurité.

Le test et les spéciales

Pneu tout-terrain Michelin EnduroOn chausse notre monture d'essai (Honda 250 CR-F homologué) de ses nouveaux pneus, medium avant et arrière et on part rouler, mais pas n'importe comment. En Seine-et-Marne où je roule, la terre est souvent bien glissante et bien collante, mais ces mois de septembre et octobre forts cléments m'ont poussé à attendre un peu avant de commencer cet essai. Je voulais absolument tester les pneus neufs sur la spéciale ou je m'entraîne régulièrement dans des conditions d'adhérence précaires pour pouvoir comparer (spéciale type prairie, avec un sol soit très compact, soit glaiseux s'il est fortement humide). Il pleut ? Allez hop j'enfile le casque et c'est parti (une fois l'averse finie hein, je ne suis pas maso). Les premiers tours de roues servent à "essuyer" un peu le terrain. À vrai dire, c'est une patinoire, tu peux avoir les pneus que tu veux, à la seconde où tu t'enflammes, tu es par terre. Pas de miracle à attendre de ce côté-là, néanmoins j'arrive à rester sur mes roues sans grosse frayeur, ce qui est déjà pas mal ! Je peux vous dire que j'ai roulé avec par exemple des Michelin AC10 dans ces mêmes conditions au même endroit, j'ai compris ce que voulais dire pneus inadaptés…

Un pneu qui met en confiance

Pneu tout-terrain Michelin EnduroRapidement aidé par le soleil et le vent présent, le terrain a séché pour devenir de plus en plus grippant. Entre le terrain qui sèche, la confiance qui arrive et le mal de bras qui diminue, les tours s'enchaînent, et s'enchaînent même très bien. Sur les virages à plat, les pneus font des merveilles, c'est indéniable. Une vraie confiance s'installe. Est-ce l'effet pneus neufs ou tout simplement la forme du moment mais les pneus semblent ne jamais décrocher. On est tenté de prendre toujours plus d'angle, dans la limite de son niveau bien sûr.
Je ne suis pourtant pas adepte des termes "exceptionnel", "magique" ou "truc de fou", car par principe sur 2 roues il n'y a aucun miracle : juste de la technique, de bonnes suspensions et… de bons pneus. En tout état de cause, dans ces conditions d'excellente adhérence, on peut sortir la très grosse attaque sans aucun doute. Le passage des virages en ornières, malgré une monte arrière en 140 – qui n'est pas optimale vous dira tout bon crosseux – se fait avec beaucoup de facilité. L'accélération en sortie de virage est aussi très bonne, mais surtout le pneu ne chasse pas, et ça, pour la confiance, c'est bien !

En balade

Pneu tout-terrain Michelin EnduroAssez de tourner en rond ? Vous avez raison, il n'y pas que la spéciale en enduro, loin s'en faut. Je laisse la semaine s‘écouler, passe 2-3 coups de fils, et me voilà prêt pour aller randonner avec mes camarades. Rapide coup d'œil sur l'état de mes pneus : encore neufs. Coup de kick et c'est parti. Ce qu'il y a de bien par chez moi en cette saison, c'est que même si le terrain peut sembler sec à certains endroits, on arrive toujours à trouver des passages humides, pourris et glissants, le parfait terrain de jeu pour enduriste. Dans le roulant, le pneu…. roule ! Bah oui, qu'est-ce que je peux dire d'autre, ce n'est pas là qu'on teste un pneu ! Enfin si, quand même un peu, par exemple, dans les petits virolos, le pneu semble agile et l'on bascule la moto de droite à gauche facilement. Dans les grandes courbes, aucune sensation de louvoiement ou d'une quelconque imprécision. Le grip sur le sol sec des chemins de plaine est bon alors que je n'ai pas ménagé mes gommards, dans l'objectif de tester aussi la longévité. Ah oui, je ne vous ai pas précisé, mais je roule en chambre hyper renforcée, j'aurais l'occasion d'en reparler un peu plus bas d'ailleurs.

Une carcasse qui encaisse

On passe aux choses sérieuses à présent : les grimpettes. C'est le moment de dire merci Michelin. Outre le grip que je savais déjà très bon suite à l'essai sur la spéciale, l'amorti est lui aussi excellent. Je suis gonflé à 700 g environ, de quoi choper l'adhérence correctement mais la carcasse pas trop dure de l'arrière en rajoute une louche. On sent que le pneu adhère parfaitement lorsque on roule sur le filet de gaz. L'avant assez souple lui aussi, permet de passer les racines facilement, il absorbe les petits chocs et l'on n'est pas désarçonné, du moins pas trop selon son niveau et la taille de la racine. J'ai beau ne pas habiter à Mende ou à Brioude, il y a quelques côtelettes sympa dans le secteur et il faut s'y employer un minium si on veut pouvoir vanner les potes en arrivant en haut et claquer un petit rupteur (nota : comportement totalement inutile, mais largement répandu dans le domaine). Sans rire, ce nouveau pneu Michelin d'enduro a été pensé en partie pour le franchissement, ça ne fait aucun doute. Il offre la motricité et la souplesse que tout bon enduriste va rechercher.

Quid du Bib mousse ?

Une autre particularité de ce pneu d'enduro est, toujours d'après Michelin, de fournir une très bonne adhérence, même avec des BIB neufs. Comme chacun sait, qui dit BIB neuf dit en général adhérence moindre au début, puis excellente au fil du temps. La carcasse du pneu et sa forme, surtout à l'arrière, sont différentes de ses prédécesseurs. Au fil de mes discussions avec d'autres enduristes, j'ai pu me rendre compte que ce dernier ne faisait pas bon ménage avec des BIB usés. En effet beaucoup d'enduristes roulent avec des BIB usés pour augmenter le grip mais il semble que cela ne soit pas possible avec ce pneu. Au mieux, le pneu est vraiment trop mou et cela peut être risqué pour la jante, au pire vous risquez de déjanter. Bon à savoir. Michelin est déjà au courant de ce problème et préparait un nouveau BIB adapté à ce pneu Enduro.

Il grippe, il vire, il absorbe, bref tu es en train de nous dire que c'est le meilleur pneu du monde ou alors tu es payé par Michelin ? Alors concernant le deuxième point, évidemment non, comme tout testeur l'equipement.fr, je suis libre de dire ce que je veux des produits testés. Concernant le 1er point, d'après les différentes sorties et tests que j'ai pu effectuer, je reconnais avoir été séduit par ce nouveau pneu. Pour être totalement complet, il aurait fallu essayer le pneu plus au sud de la France, sur un terrain davantage cassant et exigeant. Cela aurait permis de tester plus encore la longévité du pneu et la résistance des crampons à l'arrachement. Michelin annonçant 15 % de durée de vie en plus, mais par rapport à quel pneu ?
À vrai dire ce pneu enduro semble être un peu la quadrature du cercle chez Michelin. Il possède l'adhérence de l'Enduro 6, mais certainement la longévité de l'Enduro 3, réputé comme ultra costaud. Au total, j'ai roulé approximativement 500 km et je peux vous assurer que le pneu arrière est loin d'avoir fini sa vie (pour de la rando j'entends) et l'avant, lui, porte à peine les premiers stigmates d'usure.
Michelin a répondu à une demande et à un besoin. Ces dernières années les courses extrêmes et le franchissement se sont fortement développés. On voit des marques tel que Mitas, ou encore X-Grip, se forger une bonne réputation dans le milieu, notamment grâce à leur très bon grip mais aussi à leur robustesse. En effet, faire des pneus qui accrochent, tout le monde à toujours su faire ; en revanche faire des pneus qui accrochent et qui durent, cela a longtemps été l'apanage des grandes marques. Michelin rattrape ici son retard, non pas en terme de performance, car ses produits ont toujours fait partie des meilleurs au monde, mais plutôt en terme de placement produit.

Essai publié le mercredi 29 novembre 2017 par Jacques Cheval

Les plus

Son comportement sur tout type de terrain
Longévité
Confort

Les moins

Comportement sur terrain très cassant à confirmer
En attente des tarifs…

Vos commentaires