Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

En deux ans, Michelin a renouvelé l'ensemble de sa gamme de pneumatiques moto, avec pas moins de 6 nouvelles enveloppes en 2013. L'une des plus attendues est sans nul doute le pneu sportif routier Pilot Power 3 pour lequel Michelin inaugure une inédite structure bi-gomme, le 2CT+. Essai et impressions.

Pneu moto bigomme sportif Michelin Pilot Power 3Fer de lance de la marque auvergnate pour 2013, le nouveau pneu Michelin Pilot Power 3 signe le retour de la gamme Pilot, mise de côté avec un Power Pure qui n'avait pas su trouver sa place et disparaît du catalogue. Nous l'avons testé sur les routes portugaises afin de vérifier si les nouvelles technologies comme le 2CT+ apportent un réel avantage guidon en main.

Pneu Michelin Pilot Power 3 : Plus de rigidité pour plus de grip

Pneu moto bigomme sportif Michelin Pilot Power 3Cela peut sembler étonnant mais pour améliorer le grip et la tenue sur le mouillé, Michelin a rigidifié le Pilot Power 3. L'explication, courte, est simple : avec une carcasse plus rigide, on peut utiliser une gomme plus souple, qui offre une meilleure accroche, sans dénaturer le comportement de la moto. En développant le Pilot Power 3 depuis une feuille blanche, Michelin a donc décidé de ne plus utiliser de nylon pour la carcasse du pneu mais du polyester. Ce polyester HMLS, breveté, s'avère plus rigide sans engendrer de surpoids, ennemi de l'agilité sur les sportives et roadsters auxquels ce pneu se destine.
Et ces machines ne manquent aujourd'hui pas de puissance (ailleurs qu'en France…) ; il fallait donc trouver comment concilier grip maximal et stabilité lorsque la cavalerie débarque sur l'angle. Pour ça, Michelin a revisité sa technologie bigomme. Si le 2CT "classique" est toujours présent à l'avant, avec une bande centrale plus dure que les épaules, le pneu arrière inaugure le 2CT+. Ici, les épaules reçoivent également une gomme plus tendre que la bande centrale, mais cette dernière se prolonge tout de même sous les bandes latérales. Cette disposition, bien visible sur cette illustration, évite que la puissance ne mette à mal la gomme tendre lors de la remise des gaz en virage. Tout ça, c'est bien joli sur le papier, mais un essai routier permet-il de le confirmer ? Pour ça, un galop d'essai de cent kilomètres était au programme.

Une neutralité qui fait mouche

Pneu moto bigomme sportif Michelin Pilot Power 3Le parc disponible comptait des roadsters de moyenne et grosse cylindrée comme la Kawasaki Z 800, la Triumph Street Triple ou la Yamaha FZ1 Fazer ainsi que des sportives telles la Suzuki GSX-R1000 ou la KTM RC8. Le premier constat est évident sur chacune d'elles : la moto devient légère et se place en virage avec une facilité étonnante. Sans doute un peu trop sur des machines au comportement naturellement joueur comme la Triumph avec un avant qui devient très vif mais l'habitude est prise en quelques kilomètres. D'autant que la neutralité du pneu fait des merveilles, même lors des freinages sur l'angle durant lesquels la moto ne se relève pas, grâce à la carcasse qui absorbe alors l'excédent d'énergie. Le pneu avant, composé de gommes à base de silice, bénéficie d'une stabilité vraiment rassurante. À l'arrière, difficile de prendre le 2CT+ en défaut sur route ouverte, même quand le revêtement n'est pas parfait. Au-delà de 40° d'angle, le Pilot Power 3 ne comporte plus de sculpture, offrant alors un comportement de pneu slick et le noir de carbone composant la gomme tendre du pneu arrière maximise l'accroche sur sol sec. Sur un bitume humide ou mouillé, les sculptures sont placées pour évacuer l'eau de manière optimale, le taux d'entaillement étant alors le plus important (15 %) sur un angle de 30°, qui représente l'angle maximal sur route mouillée. C'est alors la silice présente dans la bande centrale qui apporte un surplus de grip dans ces conditions délicates.
Il n'a pas été possible de tester le roulage sous la pluie et ne pouvons nous prononcer sur les capacités réelles du Pilot Power 3 dans ces conditions pour le moment. Mais sur le sec et les traces humides, nous n'avons pas pu déclencher d'amorce de glisse, même sur des machines lourdes et/ou puissantes quand les virages des départementales portugaises se transformaient en autoroutes allemandes.

Irréprochable sur le sec

Pneu moto bigomme sportif Michelin Pilot Power 3C'est d'ailleurs dans ces enchaînements de virages plus ou moins serrés que le Michelin Pilot Power 3 a révélé tout son potentiel. Neutre et agile, il permet de passer d'un angle à l'autre sans demander d'efforts au guidon ou sur les repose-pieds. On roule alors vraiment sans se poser de question. Et c'est finalement bien ce qu'on demande à un bon pneu : nous emmener là où on le décide sans jamais avoir de réaction parasite ou surprenante. Le cahier des charges est ici totalement respecté, avec un pneu avant prévisible même s'il fait preuve d'une vivacité étonnante au départ et un pneu arrière capable d'encaisser tout ce que la moto lui impose. Tant qu'on reste sur route. Sur circuit et avec une moto débordant de chevaux, si on veut régulièrement chasser le chrono, il faudra alors envisager de passer à un pneu plus spécialisé, comme le Power SuperSport essayé le même jour et dont nous publierons bientôt le test complet.

Neutre, agile, stable, capable d'absorber sans broncher les freinages sur l'angle et de passer toute la puissance des motos récentes sans aucun mouvement parasite, le Michelin Pilot Power 3 est-il un pneu parfait ? Durant notre test, nous avons en effet seulement déploré un confort très limité lors des passages sur les zones urbaines pavées où la carcasse du pneu nous rappelle que sa rigidité n'est pas usurpée. Pour tout le reste, il n'y a pas grand chose à redire. Seules la tenue sur le mouillé et la longévité seront à confirmer. D'après Michelin, l'utilisation de composés à base de silice dans les pneus avant et arrière augmente la durée de vie du pneu de 20 % par rapport au Pilot Power 2CT (qui reste au catalogue avec le premier Pilot Power) et bénéficie fortement au grip sur sol mouillé. Mais en l'absence de test longue durée, difficile de répondre aujourd'hui.

Équipement porté durant cet essai : casque BMW System 6 EVO, veste Macna Geo, pantalon Scott Distinct GT, gants ESKA GP Pro et bottes TCX X-Five Plus GTX.

Crédit photos : Alex Krassovsky, Éric Malherbe, Michelin, L'Équipement.fr

Essai publié le mercredi 03 avril 2013 par Ludovic Vidal

Les plus

Neutralité
Caractère joueur

Les moins

Tenue sur le mouillé non testée
Longévité à confirmer
Confort sur les pavés

Vos commentaires