Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Avec le Pilot Road 4, Michelin met sur le marché non pas un mais trois pneus de tourisme. Nous avons testé la version standard, qui équipera le plus grand nombre de machines et promet une tenue de route irréprochable sous toutes les conditions. La pluie et le froid enfin domptés sur deux roues ? Suivez-nous pour le savoir.

Pneu moto route Michelin Pilot Road 4

Au printemps 2011, l'arrivée du Michelin Pilot Road 3 surprenait de nombreux motards, en raison de l'arrivée des lamelles dans le monde de la moto. Destinées à améliorer (parmi d'autres technologies propres à la marque) la tenue et le freinage sur route mouillée, les lamelles ont prouvé leur efficacité lors de notre test longue durée. Fort d'un large succès commercial, ce pneu de tourisme 100 % routier voit aujourd'hui arriver son successeur, que nous testons en version "standard" depuis plusieurs semaines afin de vous livrer nos impressions.

Michelin Pilot Road 4 : Une tenue garantie par tous les temps

Pneu moto route Michelin Pilot Road 4Le Pilot Road 3 nous avait surpris par son aptitude à rouler sur un sol détrempé et, sur ce point, le Pilot Road 4 s'en tire tout aussi bien. Sur notre roadster coupleux (et sans électronique ou ABS), jamais nous n'avons pu nous faire de frayeur à cause de la monte pneumatique. Pourtant, l'essai a débuté mi-janvier et la météo auvergnate ne nous aura épargné ni les déluges ni les températures réellement hivernales. Si la promesse faite par Michelin d'offrir une adhérence constante de -5 °C à +45 °C peut paraître quelque peu enthousiaste de prime abord, elle est validée par les faits. Une fois que le pneu est arrivé à température (ce qui peut prendre 2 à 3 kilomètres au petit matin), on ne se pose plus de question au moment d'aborder un virage ou de saisir le levier de frein. Si la manière dont le Pilot Road 4 fait basculer la moto peut sembler un peu vive durant le rodage, la mise sur l'angle s'avère relativement progressive et la stabilité impériale une fois dans le virage, même avec des relances qui pourraient quelque peu chahuter la partie cycle. Les freinages appuyés se font en restant bien en ligne, le guidon ne se met jamais à osciller comme cela arrive parfois quand l'adhérence se réduit, c'est assurément LE point sur lequel ce Pilot Road 4 se montre le plus rassurant. Bien entendu, ce constat n'est plus valable en cas de roulage humide et par température négative car aucun pneu ne peut garantir son adhérence sur le gel. Néanmoins, dès que le thermomètre affiche plus de 2 °C, et sur route mouillée, le Pilot Road 4 autorise des prises d'angle que la majorité des motards s'autorisent tout juste sur le sec. Autant dire que, le plus souvent, ce n'est pas le pneu qui imposera la limite, mais le pilote, surtout avec des motos lourdes.

Des prises de virages identiques sur le sec ou sous la pluie

Pneu moto route Michelin Pilot Road 4Et pourtant, c'est sur ce type de motos que le Pilot Road 4 devrait le plus se distinguer. Dans sa version spécifique estampillée GT, il présente une carcasse adaptée à ces motos massives et rapides. La technologie 2AT, dont nous vous avions parlé en janvier dernier, augmente la rigidité du pneu d'environ 15 % sans baisser le niveau de confort propre aux carcasses radiales. L'objectif est ici d'autoriser des vitesses de passage en courbe plus élevées en toute sécurité, avec un pneu qui se déforme moins et s'use donc moins rapidement. Le choix fait par BMW d'équiper en première monte la R 1200 RT des Pilot Road 4 GT est révélateur du niveau atteint par ce pneu puisqu'il s'agit du pneu classique et pas d'une série particulière. C'est d'ailleurs le cas pour toutes les GT du marché, qui peuvent utiliser le Pilot Road 4 GT, sans lettrage spécifique.
De même, la version Trail, si elle ne sera pas la plus distribuée des 3 versions du Pilot Road 4, dispose d'une carcasse adaptée aux trails utilisés uniquement sur route, avec un pneu arrière plus tendre et plus de gomme dure à l'avant.

Un comportement amélioré dans les virages

Pneu moto route Michelin Pilot Road 4 : Répartition du bigommeLe Pilot Road 4 utilise des mélanges 100 % silice, une technique devenue courante pour maximiser la tenue sur le mouillé tout en préservant la longévité. Ici, on retrouve la technologie bigomme de Michelin, le 2CT. Apparue il y a 20 ans en compétition, elle utilise ici une répartition faisant la part belle aux virages. En effet, comme le montre le schéma ci-contre, le pneu avant utilise une gomme tendre sur 60 % de la surface de sa bande de roulement tandis que seuls les 40 % médians optent pour une gomme plus dure, apte à encaisser les freinages et les kilomètres, quand cette bande centrale représentait 60 % sur le Pilot Road 3. Et cette capacité d'accroche se ressent bien au guidon : le Pilot Road 4 met rapidement en confiance. À l'arrière, la répartition n'évolue pas, la gomme dure se limitant à 20 %, pour les fortes accélérations en ligne droite et réduire l'usure lors des séances autoroutières. Michelin annonce d'ailleurs une longévité accrue de 20 % par rapport à la 3e version du Pilot Road, une durée de vie améliorée (à confirmer par l'essai longue durée) par des lamelles modifiées.

Lamelles XST+ pour une meilleure durée de vie

Pneu moto route Michelin Pilot Road 4Sur le pneu arrière, la forme des lamelles XST (X-Sipe Technology) évolue mais c'est sur le pneu avant qu'apparait le XST+. Michelin a ici tenu compte des remarques de certains utilisateurs du Pilot Road 3 et qui déploraient une dégradation rapide de ces dernières en cas de gros freinages répétés. Les lamelles présentent maintenant un chanfrein pour une usure uniforme, gage de performances constantes. Nous surveillerons spécifiquement ce point mais, pour le moment, nous n'avons pas constaté d'arrachements particuliers malgré des freinages appuyés sur tout type de surface. En parlant de surface, nous avons à plusieurs reprises mis à l'épreuve la tenue du pneu sur des bandes blanches (passages piéton) sèches et mouillées. Que ce soit à l'accélération ou en "plantant" un freinage (en restant bien en ligne), jamais nous n'avons eu à nous plaindre d'une amorce de perte d'adhérence. Dans le cadre d'une utilisation urbaine, c'est un élément à prendre en compte pour la sérénité… et le porte-monnaie.

Évolution du Pilot Road 3, le pneu Pilot Road 4 assure donc la continuité de celui-ci au niveau des performances. Toujours aussi efficace dans les conditions climatiques délicates, il étonne par sa capacité à prendre autant d'angle par temps froid ou sous les averses, sans pouvoir être réellement pris en défaut sur les accélérations en virage ou les freinages un peu "limite". Si la longévité promise par la nouvelle technologie XST+ des lamelles se vérifie, Michelin tient ici de quoi confirmer son statut de leader de la catégorie sport-touring acquis avec la génération précédente. La disponibilité d'une version spécifiquement développée pour les grosses GT (catégorie à forte croissance en Europe) est d'ailleurs bien le signe que Michelin se donne les moyens de satisfaire tous les types de motards, du citadin en moyenne cylindrée au roule-toujours. Malgré un tarif en légère hausse (environ 3 %), ce Pilot Road 4 devrait poser de nouveaux jalons.

Essai publié le lundi 07 avril 2014 par Ludovic Vidal

Les plus

Tenue sur le mouillé améliorée
Grip par temps froid surprenant
Version GT et trail

Les moins

Le tarif
Pour certains, le look

Vos commentaires