Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Protection moto Top Block pare-carters Yamaha MT-10

Présentation

En marge d'un support de plaque développé pour l'esthétique, Top Block propose également des pare-carters destinés à protéger le bas-moteur du roadster japonais. Deux accessoires qui éviteront de devoir engager de (gros) frais en cas de glissades, même à faible vitesse.

Kit de pare-carters moteur Top Block pour Yamaha MT-10Déshabillée des carénages de la Yamaha YZF-R1, la MT-10 expose fièrement son moteur à la vue des gens. Et aussi à la morsure du bitume à la moindre chute. Pour éviter de percer les carters, voir l'huile se répandre et les pièces moteur souffrir le temps de la glissade, Top Block propose des pares-carters dédiés au 4 cylindres nippon. Ce qu'apprécieront les propriétaires, qu'ils utilisent leur moto sur route ou sur circuit.

Pare-carters Top Block pour la MT-10 : Conçus et fabriqués en France

Usiné dans un bloc d'aluminium chaque parte-carter s'installe sur les filetages d'origine, Top Block fournissant bien entendu les vis adéquates. Quiconque a déjà vu sa moto glisser lors d'une chute a constaté que les tampons protègent souvent seulement le cadre, les carters étant alors très exposés. Or, ces parties du moteur sont assez peu résistantes à l'abrasion. Et il n'y a pas que sur piste qu'on peut avoir besoin de protéger les carters. Pour le look, si le pare-carter gauche est assez discret, celui destiné à épargner le carter d'embrayage aura plus de mal à se faire oublier.

Il est possible d'acquérir séparément les deux pare-carters, ce qui permettra de réduire les coûts après une chute durant lesquels ils auront joué leur rôle. Pour un premier achat, à moins de savoir de quel côté vous allez tomber, il vaut mieux invetir dans un jeu complet. Comptez 78,24 € à droite et 104,50 € à gauche. Des éléments que certains pourront vouloir compléter avec les tampons du même fabricant.

Kit de pare-carters moteur Top Block pour Yamaha MT-10

Présentation publiée le lundi 09 janvier 2017 par Bernard Pichon

Vos commentaires