Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Protections auditives Audika Audi-Protect Moto Sport

Présentation

Que ce soit pour des trajets péri-urbains ou pour de longues balades à vitesse soutenue, le bruit est généralement cité comme la gêne numéro 1 du motard. Spécialiste de l'audition, Audika propose les Audi-protect Moto Sport et promet 25 dB d'atténuation avec un moulage sur mesure.

Protections auditives moto sur mesure Audika Audi-Protect Moto SportIl suffit de rouler quelques minutes hors agglomération pour s'en apercevoir, un casque n'est pas une bulle de silence. Le vent relatif génère du bruit, en particulier des sifflements aigus, qui peut vite se montrer fatigant.  À vitesse soutenue, le bruit peut atteindre 100 dB. La durée de tolérance à un tel niveau sonore est de 8 minutes.  Malgré les progrès observés sur certains casques, l'unique solution envisageable reste bien souvent l'utilisation de protections auditives. À l'opposé des simples bouchons en mousse, Audika propose désormais ses protections dédiées à la moto. Moulées sur mesure, les Audi-protect Moto Sport offrent une atténuation moyenne de 25 dB.

Protections auditives Audika Moto Sport : De - 17 à - 40 dB

Protections auditives moto sur mesure Audika Audi-Protect Moto SportLes fabricants de casques font des efforts sur ce point et améliorent l'aérodynamique et les placements des mousses mais il leur est impossible de proposer un casque qui se montrera réellement silencieux pour tous les utilisateurs et sur tous les types de motos (roadsters, carénées, à bulle haute, à bulle basse, etc). Certains motards ou scootéristes se tournent donc vers les protections auditives intégrant un filtre spécifique. Chez Audika, le filtre utilisé sur la version Sport permet d'atteindre une atténuation allant de 17 dB pour les fréquences de 125 Hz à 40 dB pour les fréquences de 8 000 Hz ; les hautes fréquences étant les plus gênantes et les plus fatigantes, comme les sifflements autour du casque. D'après Audika, ses protections ne coupent cependant pas du monde et permettent de garder un œil une oreille sur son environnement et de profiter du son de son moteur. Pour une meilleure isolation et un ajustement (forcément) optimal, contrairement aux protections universelles, les Audi-protect Moto Sport sont moulées. D'où l'investissement plus important le premier jour.

Le sur-mesure, pour le confort et la durée ?

Pour procéder au moulage, il faut donc se rendre chez un audioprothésiste, qui est le seul à pouvoir faire des empreintes du conduit auditif. La prise dure entre 10 et 15 minutes, temps nécessaire à la pâte injectée pour durcir. Ensuite, l'empreinte est envoyée pour la fabrication des protections, disponibles en une semaine. Il convient ensuite de retourner les audioprothésiste pour apprendre à bien positionner les protections conçues en silicone. Les Audi-Protect sont garanties 2 ans mais peuvent surtout être refaites pendant 3 mois, ce qui devrait permettre de s'assurer d'obtenir un moulage parfaitement adapté.
À noter que face aux Audika Moto Sport, il est possible de trouver les Moto GT. Plus adaptées en cas d'utilisation uniquement urbaine et routière, celles-ci offrent une atténuation moyenne de 18 dB et non 25 dB, avec des hautes fréquences presque autant filtrées, la différence se faisant sur les fréquences inférieures à 2 kHz.

Le tarif peut sembler dissuasif au premier abord. En effet, il assez élevé dans l'absolu. Comptez 119 € pour la paire de protections auditives. Mais pour ce prix, on dispose de "bouchons" sur-mesure, avec un filtre atténuant surtout les fréquences dangereuses à long terme et responsables des acouphènes. En usage quotidien, Audika annonce une durée de vie de 5 ans. Quand des protections à filtres conventionnelles sont dans ce cas à changer une fois par an.
Un calcul qui peut rapidement intéresser les gros rouleurs mais aussi ceux qui utilisent fréquemment leur deux-roues, car on rappellera qu'un acouphène définitif ne prévient malheureusement pas.

Présentation publiée le vendredi 13 décembre 2013 par Ludovic Vidal

Vos commentaires