Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Sac à dos Givi T487

Présentation

Destiné à assister motards et scooteristes dans leurs pérégrinations quotidiennes, le sac à dos T487 de Givi se veut imperméable et résistant. Mais c'est surtout sa fonction porte casque qui attire l'attention.

Sac à dos port-casque Givi T487Etudié pour être utilisé à deux-roues, le sac à dos Givi s'inspire des techniques employées par la marque sur ses sacoches souples. Le T487 associe donc des matériaux résistants que sont le Cordura 1000 deniers et le Lorica, un gage de solidité à long terme si les coutures suivent. L'étanchéité ne devrait pas non plus être en reste grâce à la présence de certains zips étanches, mais surtout d'une housse anti-pluie prête à être déployée dans sa poche latérale dédiée.

Sac à dos Givi T487 : Il se charge d'un jet

Mais ce sera plutôt au chapitre des aspects pratiques que le T487 risque de s'illustrer. Farci de rangements, il accueillera notamment des lunettes dans sa poche spécialement conçue pour prévenir les rayures ou un GSM dans une poche frontale. Extensible de 24 à 32 litres, la grande poche intérieure se révèle munie d'un filet de rétention pour maintenir le contenu de moindre encombrement en place. Un logement placé sous le sac se voit même pourvu d'un accessoire porte casque. Pratique pour transporter son heaume une fois le pied à terre, en gardant à l'esprit qu'il ne semble pouvoir transporter qu'un casque jet d'après les photos du fabricant. Un sac à dos réservé aux utilisateurs urbains ?
Le maintien sur le dos est assuré par deux bretelles ainsi qu'une sangle abdominale, toutes matelassées pour le confort. Pour une meilleure visibilité nocturne, il embarque non pas un filet comme souvent mais un pavé réfléchissant de surface conséquente. Difficile de le manquer à la lueur des phares !
Le budget est conséquent mais reste dans la moyenne de cette gamme d'équipement, le sac à dos T487 de Givi étant proposé au prix de 99,00 €.

Présentation publiée le mercredi 19 octobre 2011 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires