Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Essai

Protéger des brûlures lors des glisses, c'est bien. Rester confortable en usage normal et assurer correctement sa fonction de doublure de remplacement, c'est mieux. La sous-combinaison Moto Racer de Skeed, en Kermel, remplit-elle bien son rôle ? Nous l'avons essayée.

Nouveau tissu utilisé par la société française Skeed, le Kermel a des propriétés de protection à la chaleur qui trouvent forcément une application dans le monde de la protection pour les motards. Sans forcément avoir voulu tester à tout prix la résistance aux longues glissades de ce matériau, nous avons essayé la sous-combinaison Moto Racer, en version ventilée et une pièce.

Idéale pour remplacer une doublure qui ne plaît pas à la FFM

C'est le premier argument de Skeed, et la seule touche de couleur présente : la sous-combinaison Moto Racer est homologuée par la FIM. Et par extension, elle ne peut poser de souci à la FFM. Rappelons que pour les compétitions, sules les doublures en coton sont acceptées sous les combinaisons de cuir, pour des raisons de protection à la chaleur dégagée lors d'une glissade. Nous glissant dans la peaux des nombreux acheteurs de combinaisons avec une doublure synthétique, nous avons donc remplacé la doublure fournie avec notre combinaison Berik pour participer à l'Ultimate Rally 2010. Courue sous une chaleur étouffante, cette épreuve nous a permis de juger de la qualité de la version ventilée de la Skeed Moto Racer en conditions extrêmes.

Un confort jamais pris en défaut

Premier constat, l'enfilage est facile, le textile utilisé n'accrochant pas au cuir de la combinaison. Pour que la Moto Racer ne remonte pas le long des jambes, un élastique prend place autour du pied. Une fois la combinaison refermée, on a alors la sensation d'être plus à l'étroit qu'avec la doublure classique. En effet, la Skeed Moto Racer est un peu épaisse. Si votre combinaison est actuellement taillée au plus juste, c'est un point à ne pas négliger.
En revanche, cette légère surépaisseur n'engendre pas de coup de chaud. Si notre version ventilée s'est avérée agréable (à partir d'une certaine vitesse toutefois ...), le tissu absorbe bien la transpiration et évite l'effet "éponge" : on n'a jamais l'impression d'être imbibé par sa propre sueur. C'est un vrai bon point, surtout en fin de journée, quand il faut tout enlever. Pas de séance de contorsion pour enlever la combinaison ou la sous-combinaison. Après plusieurs heures passées sous la canicule, il faut bien avouer que ça semblait difficilement envisageable. De même, les coutures ont le bon goût de ne jamais se faire remarquer, surtout aux points de flexion.
Malgré de nombreuses alertes, il nous a en revanche été impossible de tester le comportement de la Skeed Moto Racer sur une séance de lifting avec le bitume. Toutefois, le fait que la FIM ait homologué cette sous-combinaison devrait rassurer les plus inquiets.

Confortable, efficace en pleine chaleur et protégeant des brûlures en cas de chute, la sous-combinaison Skeed Moto Racer semble ne souffrir d'aucun défaut. Mais son tarif, proche des 110 €, fera sans doute hésiter ceux pour qui la pratique de la piste n'est qu'un loisir. Elle pourra en revanche être utilisée pour redonner à moindre frais un coup de jeune à une combinaison racing extérieurement correcte mais dont la doublure d'origine sent un peu trop le vécu. Finalement le seul reproche à faire concerne la disponibilité puisqu'il faut impérativement passer commande sur le site du fabricant, ce qui risque d'en freiner un grand nombre.

Essai publié le mercredi 13 octobre 2010 par Ludovic Vidal

Les plus

Confort
Respirabilité

Les moins

Épaisseur pouvant surprendre
Disponibilité réduite

Vos commentaires