Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Tablier Bagster Switch R

Présentation

L'arrivée de l'automne est souvent la bonne occasion pour équiper son scooter fétiche d'un tablier. Bagster l'a bien compris et propose une nouveau modèle spécialement mis au point pour les petits scooters, le Switch'R.

Tablier scooter urbain Bagster Switch'R sur Vespa 125 GTSBagster étoffe l'éventail de tabliers spécialement destinés aux propriétaires de scooters urbains avec le Switch'R. Étudié pour les petits scooters, ce tablier ne se révèle pas simpliste pour autant, et semblerait même bénéficier d'une conception élaborée. Ainsi se voit-il fabriqué en PVC doublé de néoprène, ce qui lui permet de revendiquer une étanchéité et sans doute un semblant d'isolation appréciables à la mauvaise saison. Des liserés réfléchissants rehaussent le matériau noir, apportant un surplus de visibilité bienvenu.

Tablier Bagster Switch'R : Pour les scooters urbains compacts

Tablier scooter urbain Bagster Switch'R sur Honda Vision 110Malgré un gabarit réduit, les scooters urbains type Vespa 125 GTS, Peugeot Tweet 125, Honda Vision 110 ou PCX 125 peuvent être amenés à fréquenter les grands axes. Pour que les vitesses jusqu'à 90 km/h n'engendrent pas trop de remous, le Bagster Switch'R est équipé de chaque côté d'un renfort métallique, censé limiter les battements du bas du tablier. Celui-ci serait suffisamment élastique pour être adapté à la morphologie du scooter sans gêner les mouvements des jambes, histoire qu'il reste facile de poser les pieds à terre au feu.
Une ceinture élastique et un petit plastron viennent compléter la protection du conducteur.
Ces caractéristiques dignes d'un tablier plus routier expliquent que le  Switch'R soit plus cher que son concurrent le Froggy Rider tab, même si ce budget fixé à 89 € reste raisonnable grâce à l'universalité du tablier Bagster : il compte en effet sur un jeu de sangles étudié pour se fixer aux divers scooters 50 à 125 cm3 du marché.

Présentation publiée le lundi 01 octobre 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires