Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Veste Macna Mountain

Présentation

Parée pour l'été comme le plein hiver, la veste Macna Mountain se destine aux motards qui utilisent leur GT ou leur maxi-trail toute l'année. Son système trois couches, ses ventilations et ses multiples réglages devraient séduire les gros rouleurs. Le tout avec un tarif plutôt serré.

Veste textile moto et scooter Macna MountainAvec un nom pareil, on imagine la nouvelle veste Mountain de Macna capable d'affronter les pires conditions météorologiques. Ce que la lecture de la fiche technique confirme. Cette veste trois couches dispose de caractéristiques qui devraient permettre de rouler par tous les temps sans risquer de ressentir le froid, l'humidité ou même le chaud. Et pour ceux qui en voudraient encore plus, le chauffage et la climatisation sont disponibles en option. Mais Macna met également l'accent sur le confort grâce à l'utilisation d'un textile très souple là où la protection contre l'abrasion n'est pas primordiale.

Veste Macna Mountain : (Par)faite pour toute l'année ?

Veste textile moto et scooter Macna MountainLa coupe de la veste Mountain s'avère plutôt classique. Il faut dire que même si Macna est parmi les fabricants "nordiques" les moins conservateurs, les motards adeptes de ce genre d'équipement ne sont pas vraiment les plus délurés. Mis à part le modèle noir, on trouve cependant des mélanges de teintes qui permettront d'accorder sa veste à ses goûts voire à sa moto avec le modèle écru/bleu d'inspiration très BMW. À l'extérieur, Macna a choisi d'utiliser du Durylon. Ce textile plutôt épais (600 deniers) est situé sur les zones les plus susceptibles de frotter le bitume en cas de chute. Plus souple mais pas beaucoup moins résistant, le polyester 500 deniers est utilisé pour les empiècements moins exposés et pour lesquels le confort est primordial (creux du coude, etc). La veste Mountain devrait ainsi se montrer à la fois confortable et efficace en cas de glissade. La dorsale est optionnelle mais les coques d'épaules et de coudes sont bien entendu fournies. Ces dernières peuvent d'ailleurs être retirées de l'extérieur, ce qui évitera de pénibles contorsions le cas échéant.

Étanche, aérée, voire chauffée ou climatisée

Veste textile moto et scooter Macna MountainTaillée pour les voyages, la Moutain propose 6 poches extérieures. Attention, deux d'entre elles ne seront utilisables qu'à l'arrêt pour y loger les mains car elles ne ferment pas. Ou pourront servir à votre passager pour se tenir à vous en ayant les mains (gantées) au chaud. Du côté des réglages, Macna n'est pas avare puisqu'on trouve de sangles d'ajustement sur les avant-bras, et deux modèles plus larges de chaque côté du torse. À noter qu'il s'agit là de vraies sangles et pas de velcro au vieillissement parfois aléatoire. Pour l'été, on trouve deux zips de ventilation sur les bras. Macna rappelle qu'en cas de très forte chaleur, le gilet rafraichissant Dry Cooling peut être utilisé (voir notre essai de ce gilet). En cas de gros temps, la première doublure rend la Mountain totalement étanche et la seconde, thermique, devrait permettre d'enchaîner plusieurs dizaines de kilomètres sans trop souffrir du froid. Et si le thermomètre décidait de tomber sous le raisonnable, la Mountain est pré-équipée pour recevoir le gilet chauffant Hot Vest pour profiter d'un cocon chaud pour plusieurs heures.
Enfin, outre le zip de raccordement à un pantalon de la marque, on trouve sur la Moutain le système ComFix pour un ajustement millimétré du col, là encore en se passant d'un velcro et pouvant être ajusté d'un main en roulant.

Disponible en 4 coloris dont un légèrement fluo, la veste Macna Mountain existe du S au 4XL. Elle peut, si les conditions de roulage sont exécrables, recevoir la Vision Vest, un baudrier fluo qui se fixe en quelques secondes. Comptez 279,90 € pour ce modèle. Une version Night Eye à haute visibilité nocturne figure également au catalogue.

Veste textile moto et scooter Macna Mountain

Présentation publiée le mardi 27 octobre 2015 par Ludovic Vidal

Vos commentaires