Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Veste Scott Distinct 1 GT

Présentation

Scott cherche à contrer les rudes conditions météo hivernales par la technologie avec sa veste Distinct 1 GT. Ce produit haut de gamme réunit en effet les solutions techniques les plus avancées pour s'assurer de bonnes performances à moto face au froid et à la pluie.

Veste hiver haut de gamme moto et scooter Scott Distinct 1 GT Gore-TexIl n'y a pas de contrainte qui n'ait sa solution dans la technologie, semble vouloir démontrer Scott avec sa veste Distinct 1 GT. Cet équipement étudié pour les gros rouleurs fait en effet la part belle aux noms prestigieux et aux aménagements ingénieux, pour que la traversée de l'hiver s'effectue dans les meilleures conditions.

Veste Scott Distinct 1 GT : Du Gore-Tex, et plus encore

Premier argument, la présence d'une membrane Gore-Tex Performance Shell, solution reconnue pour son efficacité face à l'élément liquide. On pourrait en revanche se demander pourquoi le zip de fermeture est ainsi exposé aux projections d'eau. Tout simplement parce que cette fermeture éclair Aquazip de chez Riri assure à elle seule une étanchéité suffisante et a été approuvée par Gore, intransigeante sur ce point. Pas de rabat nécessaire, donc, ce qui facilitera indéniablement l'enfilage et les manipulations de l'ouverture. Signalons également à ce chapitre les trois poches extérieures fermées par des zips "résistants à l'eau", qui retarderont l'incursion de liquide. Les deux poches intérieures resteront malgré tout les plus fiables en la matière.
Qui dit équipement hiver dit aussi isolation : celle-ci est confiée à une doublure en Dexfil, un matériau annoncé léger, souple et chaud, et elle se révèle amovible. Idem pour la doublure thermique à l'intérieur du col, qui peut être détachée quand les températures se font plus clémentes.

Un vêtement pensé sous toutes les coutures

Veste hiver haut de gamme moto et scooter Scott Distinct 1 GT Gore-Tex, vue de dosL'autre domaine dans lequel la veste Scott Distinct 1 GT fera sans doute la différence concerne les nombreux aménagements dont elle fait l'objet, chacun destiné à rendre son utilisation plus intuitive, comme nous avons eu l'occasion d'en avoir un aperçu au Salon de Milan. Le col fait ainsi appel à une patte de serrage maintenue par un un astucieux bouton Fidlock, se verrouillant très simplement et solidement grâce à un aimant. Héritage de la branche winter sports du fabricant, les mitaines cousues à l'entrée des manches et à enfiler dans les gants préviendront pour leur part toute remontées intempestive, ainsi que tout courant d'air à l'intérieur. Les multiples possibilités de serrage présagent quant à elle d'un bon ajustement, notamment le cordon de réglage du col, accessible à l'arrière, ou les pattes avec pression pour adapter le diamètre des manches au niveau des biceps.

La résistance à l'abrasion, axe majeur de la protection

La fabrication en Cordura avance une bonne solidité en cas de chute. Néanmoins, Scott a ajouté des zones de Superfabric derrière les épaules. Ce textile recouvert d'une multitude de petites plaques en céramique résistantes à l'abrasion garantit une bonne tenue de ces zones exposées en cas de frottement prolongé. Espérons que la souplesse de l'ensemble ne soit pas affectée.
S'ajoutent à cela les inévitables coques de protections aux épaules et aux coudes, en provenance de chez SAS Tec, dont nous avons déjà pu mesurer la souplesse à plusieurs reprises. On regrettera cependant au vu du budget de la veste que la dorsale ne soit proposée qu'en option (comptez 25 € l'élément SAS Tec de niveau 2), d'autant plus quand de plus en plus de fabricants l'incluent de série, au moins sur leurs produits haut de gamme.

Disponible du S au 4XL en deux largeurs, la veste hiver Scott Distinct 1 GT est proposée au tarif de 629 €, un budget non négligeable expliqué par une haute teneur technologique. Nous aurons de toute façon l'opportunité de mesurer si ce tarif est justifié dans le cadre d'un essai complet.

Présentation publiée le vendredi 30 novembre 2012 par Loïc Bonraisin

Vos commentaires