Le magazine d'actualité de l'équipement moto et scooter

Le flux RSS de l'Equipement.fr

Vêtement de pluie Bering pantalon Chicago

Présentation

Quelle que soit la saison, la pluie n'épargne pas les motards et scooteristes et survient toujours quand on voudrait l'éviter. Afin d'accompagner la surveste Maniwata, Bering propose le Chicago, un surpantalon pensé pour être étanche et discret. Ou plutôt voyant si vous le souhaitez.

Pantalon de pluie moto et scooter Bering ChicagoVêtement bien utile en cas d'averse inopinée, le pantalon anti-pluie continue de répondre présent dans les top-case, coffres et autres rangements de nos motos et scooters. Conçu par Bering, le Chicago semble répondre aux standards du genre. Fabriqué en Pongee, un Nylon spécifique généralement utilisé pour sa souplesse et que la marque annonce totalement étanche, il devrait aussi bien protéger des averses que du vent.

Bering Chicago : Un surpantalon à toute épreuve ?

Pantalon de pluie moto et scooter Bering ChicagoLe pantalon Bering Chicago affiche en plus quelques spécificités appréciables, comme la présence d'une grande poche de type cargo, disposée à l'avant de la cuisse gauche, qui devrait permettre de garder quelques effets personnels à portée de main. La marque ne précise pas si ce contenu sera protégé de l'humidité. S'agissant d'un surpantalon, on ne trouve pas de coques aux genoux, celles-ci devant trouver place dans le pantalon porté en dessous, qu'il soit en cuir ou en textile. Enfin, le Chicago embarque une paire d'élastiques amovibles à placer sous les pieds. Ainsi, aucun risque que le pantalon ne remonte et expose les chevilles aux assauts de la pluie.

Fabriqué du XS au 4XL, le pantalon Chicago de Bering s'échangera contre 55 €, dans son coloris noir uni ou agrémenté de chatoyants (mais surtout visibles) filets jaune fluo. Un tarif dans la bonne moyenne si son étanchéité et ses aspects pratiques résistent à notre futur essai.

Pantalon de pluie moto et scooter Bering Chicago

Présentation publiée le jeudi 28 septembre 2017 par Ludovic Vidal

Vos commentaires